République !
Jeudi 16 Août 2018

 Europe


   Guigou



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Vendredi 16 Novembre 2007

  A l'heure où la mondialisation n'a jamais été aussi forte, et le contournement de la souveraineté populaire valeur courante, la rhétorique d'une membre du Parti Socialiste fait tomber les bras. Quand d'autres parlent d'Europe des peuples, et quand les peuples eux-mêmes ont l'intelligence politique en disant "non", ci-git son contraire, matiné de bon coeur, ayant appelé à voter oui au traité de Lisbonne :

"Voter non, c'est se couper du reste de la gauche européenne, s'abstenir c'est se marginaliser au sein de cette gauche européenne, c'est perdre la capacité de peser sur ses choix. Ne pas voter oui, c'est laisser la droite française et européenne s'approprier l'Europe et la modeler à son idéologie...Voter oui n'est pas se renier pour ceux qui croient à l'Europe et qui ont voté non au référendum de 2005."


"Oui au traité de Lisbonne", par Elisabeth Guigou (Le Monde du 31.10.07)





  Autres articles


  Lettre n°4: Editorial
      Variations sur le mépris du peuple

    Le plus grave, dans la situation politique que caractérise la présidentielle, n’est pas le manque de consistance des propositions des principaux candidats, ni même la quasi absence de divergences importantes. Le plus grave, c’est l’apparente volonté des responsables politiques de ne même plus chercher à rétablir le contact avec leur...[Lire la suite]


  Economie
      Le Medef n'aime pas les institutions sociales

   

" La liberté de penser s'arrête là où commence le code du travail "

Laurence Parisot, janvier 2005 à l'Assemblée générale du Medef.

" La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ?"

ibid., Le Figaro, 30 août...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !