République !
Samedi 22 Septembre 2018

 Lettre n°1: Brèves


   Royal et la carte scolaire



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 25 Septembre 2006

 À Florac (Lozère), début septembre, Mme Ségolène Royal aurait pu promettre d'en finir avec les limitations de vitesses sur les routes : comme elles ne sont pas assez respectées, c’est une hypocrisie de les maintenir. Elle s’est cependant contentée d’appliquer cette théorie digne d’un génie des Carpates à la carte scolaire. La présidente de Poitou-Charente a en effet proposé de «desserrer la contrainte de la carte scolaire» qui oblige les familles à scolariser leurs enfants dans un établissement proche de leur domicile.
Elle estime que cette mesure ne remettra pas en cause la mixité sociale. Sa démonstration lumineuse : « arrêtons les hypocrisies, il n'y a plus de mixité sociale , c'est un discours lénifiant ». Autrement dit, comme le chômage de masse a depuis des décennies provoqué la constitution de véritables ghettos, il vaut mieux permettre aux parents qui en ont encore les moyens de scolariser les enfants ailleurs. Si cela accélère encore la dégradation tragique de la situation des collèges concernés, ce sera un bien, car l’hypocrisie n’y régnera plus. Quant à donner aux collèges les moyens humains, matériels et moraux d'assumer leurs fonctions, c'est visiblement une autre histoire.


JPA


  Autres articles


  Lettre n°12: Un mot dans l'air du temps
      Sus aux fonctionnaires !

    par Samuël Tomei


On assure que l'impératif de réduire massivement le nombre de fonctionnaires n'a rien que de pragmatique, relève du bon sens. C'est au nom de l'efficacité de l'action de l'État, de la nécessaire bonne gestion (ne pas employer le mot « rigueur ») de nos finances publiques, enfin de...[Lire la suite]



  Lettre n°16: Brèves
      Salon de l'agriculture

    Paris, inauguration du Salon de l’agriculture, samedi 23 février. Serrant les mains dans un bain de foule, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, est le destinataire d’un « touche moi pas, tu m’salis ». ”Casse toi alors pauvre con” fut sa seule et triste réponse. Vulgaire tropique où le...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !