République !
Mardi 17 Juillet 2018

 Lettre n°1: Brèves


   Royal et la carte scolaire



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 25 Septembre 2006

 À Florac (Lozère), début septembre, Mme Ségolène Royal aurait pu promettre d'en finir avec les limitations de vitesses sur les routes : comme elles ne sont pas assez respectées, c’est une hypocrisie de les maintenir. Elle s’est cependant contentée d’appliquer cette théorie digne d’un génie des Carpates à la carte scolaire. La présidente de Poitou-Charente a en effet proposé de «desserrer la contrainte de la carte scolaire» qui oblige les familles à scolariser leurs enfants dans un établissement proche de leur domicile.
Elle estime que cette mesure ne remettra pas en cause la mixité sociale. Sa démonstration lumineuse : « arrêtons les hypocrisies, il n'y a plus de mixité sociale , c'est un discours lénifiant ». Autrement dit, comme le chômage de masse a depuis des décennies provoqué la constitution de véritables ghettos, il vaut mieux permettre aux parents qui en ont encore les moyens de scolariser les enfants ailleurs. Si cela accélère encore la dégradation tragique de la situation des collèges concernés, ce sera un bien, car l’hypocrisie n’y régnera plus. Quant à donner aux collèges les moyens humains, matériels et moraux d'assumer leurs fonctions, c'est visiblement une autre histoire.


JPA


  Autres articles


  Lettre n°31: Brèves
       Le faux enjeu de l'élection de José Manuel Barroso

    Au Parlement européen, certains élus verts et socialistes -relayés par les médias – ont entamé une campagne contre la réélection du M. José Manuel Barroso à la tête de la Commission. Si la désignation de ce dernier par les chefs d’Etat et de gouvernement semble acquise, elle doit en effet...[Lire la suite]


  Lettre n°40: Chronique de l'antirépublique
      Un euro, une voix

    par Jean-Pierre Alliot



Inondation. Les «eaux glacées du calcul égoïste» envahissent de nouveaux territoires. Le 8 juin 2010, un des partis qui cogèrent l’État a défini les conditions dans lesquelles il désignera son candidat à l'élection présidentielle de 2012. Il s’agira d’une élection «primaire» et tout citoyen inscrit sur les listes...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !