République !
Jeudi 20 Septembre 2018

 Lettre n°12: Brèves


   Samedi



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mercredi 31 Octobre 2007

 La rentrée scolaire est riche en rebondissements, en cette année 2007-2008. M. Darcos a en effet souhaité supprimer dès la rentrée 2008 l’école le samedi et, dès septembre 2009, les cours du samedi au collège. Quelques semaines plus tôt, il annonçait l’attribution pour les scolaires d’une heure de sport supplémentaire.
Légitimement, nous posons la question : quelle est la cohérence politique de ces trois annonces ?
« Le but est d'harmoniser les rythmes des collégiens et des écoliers », explique-t-on au ministère de l’Éducation nationale. L’objectif serait de faire bénéficier petits et adolescents d'un week-end complet en famille, argue-t-on sur la foi d’un sondage.
Or aucune concertation avec les syndicats représentatifs des personnels n’a été menée. Si la majorité des écoliers vont voir leur semaine de cours raccourcie de trois heures dès l'an prochain, ce ne sera pas le cas des collégiens : « Il n'est pas question de supprimer des heures de cours au collège, ni de toucher au temps de service des enseignants », affirme-t-on dans l’entourage du ministre.
Que dissimule cette mesure ?
En réalité, elle augure un vœu du gouvernement : réduire le nombre d'heures au collège et au lycée pour économiser des postes de personnels enseignants, remettant en cause, à terme, l’apprentissage de certains fondamentaux et acquis méthodologiques.
« En respect avec l’harmonisation » européenne, annonce a été faite à la même période du recours des entreprises de cours à domicile, reconnues d’utilité éducative, aux côtés de l’école républicaine et dans de futurs partenariats, sans doute en concertation avec des municipalités, comme cela se pratique pour certaines interventions à l’école primaire (anglais, informatique, arts, sport, …).


BM


  Autres articles


  Lettre n°47: Brèves
      Le ridicule peut tuer

    Publié en Une du Journal du Dimanche, ce 27 février: "Sarkozy tranche dans l'urgence".
On se demande avec angoisse de quelle urgence il s'agit : révoltes au Magreb et au Moyen Orient, afflux de réfugiés, difficultés électorales,...
Non, il s'agit du sort de Michèle Alliot-Marie dont on nous annonce que...[Lire la suite]



  Lettre n°32: Brèves
      La privatisation de La Poste

    La Poste, en tant que service public, est propriété de l’Etat. Si elle devenait une Société anonyme, l’Etat n’en serait plus propriétaire, mais deviendrait actionnaire de cette société commerciale relevant du droit privé. En effet, les actionnaires ne sont pas copropriétaires du capital de la société. L’action n’est pas un...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !