République !
Jeudi 15 Novembre 2018

 Lettre n°12: Brèves


   Samedi



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mercredi 31 Octobre 2007

 La rentrée scolaire est riche en rebondissements, en cette année 2007-2008. M. Darcos a en effet souhaité supprimer dès la rentrée 2008 l’école le samedi et, dès septembre 2009, les cours du samedi au collège. Quelques semaines plus tôt, il annonçait l’attribution pour les scolaires d’une heure de sport supplémentaire.
Légitimement, nous posons la question : quelle est la cohérence politique de ces trois annonces ?
« Le but est d'harmoniser les rythmes des collégiens et des écoliers », explique-t-on au ministère de l’Éducation nationale. L’objectif serait de faire bénéficier petits et adolescents d'un week-end complet en famille, argue-t-on sur la foi d’un sondage.
Or aucune concertation avec les syndicats représentatifs des personnels n’a été menée. Si la majorité des écoliers vont voir leur semaine de cours raccourcie de trois heures dès l'an prochain, ce ne sera pas le cas des collégiens : « Il n'est pas question de supprimer des heures de cours au collège, ni de toucher au temps de service des enseignants », affirme-t-on dans l’entourage du ministre.
Que dissimule cette mesure ?
En réalité, elle augure un vœu du gouvernement : réduire le nombre d'heures au collège et au lycée pour économiser des postes de personnels enseignants, remettant en cause, à terme, l’apprentissage de certains fondamentaux et acquis méthodologiques.
« En respect avec l’harmonisation » européenne, annonce a été faite à la même période du recours des entreprises de cours à domicile, reconnues d’utilité éducative, aux côtés de l’école républicaine et dans de futurs partenariats, sans doute en concertation avec des municipalités, comme cela se pratique pour certaines interventions à l’école primaire (anglais, informatique, arts, sport, …).


BM


  Autres articles


  Lettre n°6: Un mot dans l'air du temps
      À propos du vote blanc

    par André Bellon


Si aucun des candidats ne correspond à la volonté de l'électeur, comment ce suffrage, aussi légitime qu'un autre, doit-il être décompté ? Dans le système actuel, il est considéré comme une quasi abstention, ce qui fait monter mécaniquement le score des candidats officiels, qui se prévalent ainsi d'une...[Lire la suite]



  Lettre n°18: Brèves
      Otan

    Le 3 avril à Bucarest, le Président, tournant le dos à la politique gaullienne d’indépendance, a annoncé la réintégration de la France dans l’Otan. Curieuse volte-face, confirmée lors du déplacement à Londres, au moment où la France décide de renforcer son engagement militaire en Afghanistan. Pourquoi annoncer cette décision non...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !