République !
Vendredi 19 Avril 2019

 Lettre n°13: Brèves


   Le mérite



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 27 Novembre 2007

 Tout en disant à Alain Duhamel, « il n’y a pas toujours un coupable derrière un malheur », Lionel Jospin prouvait le contraire. Et Nicolas Sarkozy n’a pas botté en touche sur la réforme. Avec la « rémunération au mérite dans la fonction publique », l’actuel président a proposé, le 19 septembre dernier, une individualisation des rémunérations basée sur l'implication, l'expérience et les résultats des fonctionnaires. Exit le collectif ! Welcome la tyrannie du flux ! Quelque peu décrédibilisée par le Conseil d’État il y a une décennie, cette mesure phare du rendement liée aux impératifs de la LOLF (*), veut, telle la justice apostolique, conduire les âmes des bons travailleurs par l’attente des récompenses et la crainte de l’échec. Hiérarchiser et discipliner. Outre des problèmes de critères évidents pour fixer la rémunération (« esprit d’initiative », « engagement », « compétitivité »… « croc-en-jambe ? » et que faire d’un congé maternité ?) il semblerait que l’exigence de rendement cadre mal avec la mission de service public. Évaluera-t-on un juge sur les incarcérations prononcées ? Un militaire sur la quantité de sang versé ? Un enseignant sur sa pédagogie offrant carton plein au baccalauréat, mais tête vide au jeune citoyen ? Tel Bonaparte pour qui « c’est avec des hochets que l’on mène les hommes », le locataire de l’Élysée fera-t-il maintenant venir le pape pour ajouter à tout cela la volonté de Dieu ?

(*) - Depuis 2001, cette nouvelle loi organique relative aux lois de finances étend une logique de performance à la gestion du service public.


JM


  Autres articles


  Lettre n°36: Un mot dans l'air du temps
      Pour une justice républicaine

    par Etienne Tarride



Les français ont de moins en moins confiance en leur justice, c'est un point acquis.

Ceci est vrai pour la justice pénale, du fait de l'assujettissement de l'autorité judiciaire au pouvoir exécutif, ceci est aussi vrai pour les justices civile et commerciale qui...[Lire la suite]



  Lettre n°17: Editorial
      Le peuple mené en bateau

    Après le tsunami bleu d’il y a un an, on vient d’observer les vagues roses. Mais cet air marin fera-t-il oublier que l’actuelle opposition illusoire de l’UMP et du PS mène, pour le coup, le peuple en bateau dans une cohorte de crises politiques et économiques ? Quand ces mastodontes...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !