République !
Mardi 11 Décembre 2018

 Lettre n°16: L'événement


   Peuple : la ruse du people pour le nier



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 03 Mars 2008

 par Olivier Pascault


Le « numéro zéro » de la Lettre de République! plaçait, en juin 2006, un fait notoire en exergue : le référendum du 29 mai 2005 « a marqué le retour du peuple ». Depuis, les évolutions de la langue courante employée par la presse portent le reflet d’une situation concrète : en créant le rideau de fumée de toute vie publique de nos élus sous la mise en scène du « people », il fut de la sorte décidé de biaiser avec le sens du vote du peuple ainsi balayé d’un revers versaillais, le 4 février dernier. L’enjeu de la ruse : la marche forcée de l’Europe domestiquant la souveraineté nationale et populaire du peuple sous caution d’un Traité dit « simplifié » européen.

Dans l’imaginaire créatif, le peuple ne saurait se confondre avec la foule ou la populace. Notion plurivoque du vocabulaire politique, son usage suppose une échelle des valeurs dépendante des sensibilités politiques et idéologiques, en premier lieu si l’on se place du point de vue de la République ou de la réaction envers elle.

Au long de notre histoire, le peuple peut s’identifier à l’ensemble de la nation ou seulement concorder avec des catégories sociales défavorisées au plan matériel. Depuis la Révolution, le peuple victimaire est devenu le peuple porteur des espérances des émancipations de tous. Plus récemment, la période l’a exhibé et ignoré tout à la fois. Le sens de la notion évolue selon le rythme des mutations sociales et idéologiques. Ainsi, la littérature escortait ces évolutions paradigmatiques dans les fresques de Michelet d’un peuple héroïque et souffrant, chez Péguy dans son rôle moteur de l’épopée nationale, puis dans les romans d’un Zola ou d’un Jelinek où « peuple » rassemble les exclus de tout horizon d’attente collectif dès lors que la politique ne se fonde pas sur la réalité de sa base matérielle.

Depuis qu’une certaine manière de concevoir la politique, en France, veut dissoudre la fondation des principes républicains, des candidats à des élections nationales rusent avec la carence de leur bagage éthique pour substituer à l’acte décisionnaire la prose de leur seule individualité résumée en actes de communication. Ce défaut ne provient pas de leur modernisme supposé ou d’une quelconque avanie intellectuelle. Dans un cadre légal où la souveraineté nationale s’efface depuis la ratification du Traité de Maastricht, les mandatés aux fonctions les plus hautes du pouvoir exécutif sont devenus les sujets d’un conflit entre intérêts privés et amincissement du pouvoir de leur propre peuple (dont ils tiennent prétendument le mandat). Nul étonnement dès lors que le terme journalistique anglo-saxon « people », lequel désignait les pages des magazines consacrées aux actrices et héritiers souvent décadents dans leurs mœurs, soit devenu celui qui qualifie les comportements de communicants de nos champions à la récente élection présidentielle.

Ne plus tenir son mandat du seul peuple souverain, mais le recueillir d’entreprises puissantes et de groupes opérant leur partition singulière dans la lutte pour le repartage du monde, modifie amplement la donne politique nationale.

« Tout pouvoir est un don de confiance –nous sommes redevables de son exercice- tout doit jaillir et exister pour le peuple », rappelait B. Disraëli, député britannique devenu chef du parti tory à partir de 1848 et fin observateur de la Révolution en cours chez nous, ainsi que la montée des organisations ouvrières dans son pays. Il lui semblait vital de répondre à la misère criante du peuple par des lois sociales pour tenter de gommer ses aspirations au socialisme.

Or, depuis la défaite du camp socialiste à la fin des années 1980, la classe dirigeante n’a plus recours à ce leitmotiv de répondre au peuple désorienté.

Une lutte d’ensemble est-elle possible, des perspectives organisatrices du peuple sont-elles souhaitables ? Répondre à ces questions revient à tirer les enseignements de deux exemples. Avec les luttes revendicatives de 1995 (mouvement de grèves contre le plan Juppé de réforme de la Sécurité sociale, des régimes spéciaux et le contrat de plan SNCF) puis les rassemblements avortés autour du non au référendum portant sur le Traité constitutionnel européen de mai 2005, il devient utile de nourrir les analyses de la situation nationale et internationale, et concomitamment salutaire de fédérer le peuple autour d’une orientation politique générale et de perspectives communes à seule fin de redresser son initiative : la République unissant ses aspirations historiques.

Car détourner les victoires partielles du peuple, après le renoncement de Juppé puis la victoire du non en 2005, se paie cher. Réexposer les vues d’une contre-réforme de la Sécurité sociale ou la ratification du Traité de Lisbonne, à l’issue de la réunion du Congrès de Versailles du 4 février 2008, organisent à la fois le démembrement de la politique et le mépris du peuple (confer Lettre 15, art. de C. Darlot). Or, nous le savons avec Rousseau, qui fut l’inspirateur de pratiques constitutionnalistes,

la souveraineté […] consiste essentiellement dans la volonté générale, et la volonté ne se représente point […] Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent être ses représentants, ils ne sont que ses commissaires […] Toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle ; ce n’est point une loi.


A défaut, la révolte gronde et le peuple a le devoir de reprendre son initiative historique.



Olivier Pascault


  Autres articles


  Lettre n°68: Editorial
      Fermez les yeux, tout est tranquille !

    L’actualité est riche même si, allez savoir pourquoi, beaucoup de journalistes, surtout dans l’audiovisuel, ne semblent pas toujours le remarquer. Surtout, bien peu sont-ils à repérer le lien entre les évènements. Or, à y regarder de près, tant de faits tournent autour du rôle du Parlement, du fonctionnement de la...[Lire la suite]


  Lettre n°34: Editorial
      L'espace politique : une conquête à défendre

    L'avenir pourrait être triste, sinistre, voire catastrophique. La République est attaquée de toutes parts, les services publics comme la laïcité deviennent de véritables exceptions françaises laminées par une construction européenne qui saccage tout sur son passage au nom de la libre concurrence et du droit des religions. L’école dite laïque,...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !