République !
Vendredi 19 Avril 2019

 Lettre n°16: Brèves


   Salon de l'agriculture



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 03 Mars 2008

 Paris, inauguration du Salon de l’agriculture, samedi 23 février. Serrant les mains dans un bain de foule, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, est le destinataire d’un « touche moi pas, tu m’salis ». ”Casse toi alors pauvre con” fut sa seule et triste réponse. Vulgaire tropique où le verbe n’est plus, où la langue fourche, où un chef d’Etat destitue le sens de l’institution. Immanence du coup bas, rémanence des ébats, décadence du débat. Aussi ce détail est symbolique d’un devenir quasi zoologique de la nouvelle politique. D’abord parce que Sarkozy insulte en réponse à une insulte, ce qui place la loi de la rue au-dessus de la loi de la Cité. Ensuite, parce que les propos du PS n’interviennent que pour condamner le langage de comptoir du Président. Comme si les difficultés du monde agricole n’avaient pas lieu d’être abordées. L’intérêt mondain et immédiat passant alors au-dessus de l’intérêt général. Enfin, parce que l’UMP exprime face à l’événement tout son soutien au chef d’Etat, sans le moindre recul. Or, en approuvant de l’alpha à l’oméga la transparence obscène de Sarkozy, on peut dire que ce parti exclut la politique mais fait rire le peuple de sa servitude volontaire.


J.M.


  Autres articles


  Lettre n°70: L'événement
      Italie : exiger les biens communs pour la République

    par Jérémy Mercier


Aucun média italien n’a parlé, ces derniers jours, du génois Palmiro Togliatti (1893-1964). Étrange silence, alors même que tous les projecteurs étaient fixés sur un chômeur calabrais déséquilibré qui, ce 28 avril 2013, devant le Palais présidentiel, a fusillé une partie de la foule lors de la...[Lire la suite]



  Lettre n°14: Brèves
       Arche de Zoé : Et Dieu reconnaîtra (peut-être) les siens

    L’histoire de l’arche de Zoé est exemplaire de la confusion actuelle. Mélange de bonne conscience et de manipulations, de dévouements et d’arnaques, elle aboutit à ce fiasco lamentable. Mais on peut aussi bien imaginer que, sans tous ces ennuis, l’arrivée d’enfants présentés comme sauvés aurait été accueillie avec enthousiasme...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !