République !
Jeudi 22 Février 2018

 Lettre n°18: Note de lecture


   Un silence enfin brisé : Louis Blanc réédité



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 22 Avril 2008

 Blanc, Louis (1811-1882), historien et théoricien du mouvement socialiste au XIXe siècle contribua à la publication de journaux politiques et fonda en 1839 la Revue du progrès, qui servit à diffuser sa doctrine. Inspirée par Saint-Simon et Fourier, sa théorie de l'ordre social eut une profonde influence sur le socialisme. Elle récusait les conceptions utopistes et la violence pour parvenir à l'amélioration de la condition ouvrière. Adversaire de la propriété privée et de la concurrence, il prôna la création d'ateliers sociaux et de coopératives ouvrières, se montrant favorable à l'intervention de l'État dans le domaine de la législation sociale. Dans une brochure sur l'Organisation du travail (1839), il exposa sa pensée reprise en 1848 dans le mot d’ordre Droit au travail : « À chacun selon ses besoins ; à chacun selon ses facultés. » Adversaire de la monarchie de Juillet, il fit notamment paraître, en 1841, une Histoire de dix ans.
Lors de la révolution de 1848, il fit partie du gouvernement provisoire, présidant la Commission du Luxembourg. Il voulut l’émergence d'ateliers sociaux, mais vit consacrer, contre son gré, le principe de l'institution d'Ateliers nationaux pour résorber le chômage qui sévissait de manière aiguë.
Après la répression du soulèvement ouvrier de juin 1848, il fut contraint à l'exil durant 22 ans, période où il rédigea une Histoire de la Révolution française (1847-1862, 12 vol.). Après la chute du second Empire, en 1870, il revint en France et fut élu à l'Assemblée nationale en février 1871.
Enfin un éditeur courageux, les Editions Inclinaison osent rééditer, pour la première fois depuis 1851, trois des textes de Blanc, Doctrine de l’Etat, Plus de Girondins et La République une et indivisible, fondamentaux sur lesquels l’auteur se centre, contre des projets censément actés pour défendre le principe du « gouvernement du peuple par le peuple », visant à le flatter plus qu’à le servir, sur une discussion à partir de Rittinghausen, Ledru-Rollin, Considérant puis Proudhon. Les auteurs principiels de Blanc sont Rousseau et Robespierre principalement, source de l’authentique socialisme révolutionnaire.


- Louis Blanc, DOCTRINE DE L’ETAT – PLUS DE GIRONDINS – LA REPUBLIQUE UNE ET INDIVISIBLE, Editions Inclinaison, coll. « Petite Bibliothèque politique », préface Hélène DESBROUSSES, « L. Blanc : Un apport théorique et historique controversé » ; postface Armelle LE BRAS-CHOPARD, « Proudhon, L. Blanc et P. Leroux : polémique sur la question de l’Etat », Uzès, 188 p., 2008, 15 euros.
(Editions Inclinaison 20, rue du Docteur Blanchard 30700 Uzès www.inclinaison.fr)


O.P.


  Autres articles


  Lettre n°40: Chronique de l'antirépublique
      Un euro, une voix

    par Jean-Pierre Alliot



Inondation. Les «eaux glacées du calcul égoïste» envahissent de nouveaux territoires. Le 8 juin 2010, un des partis qui cogèrent l’État a défini les conditions dans lesquelles il désignera son candidat à l'élection présidentielle de 2012. Il s’agira d’une élection «primaire» et tout citoyen inscrit sur les listes...[Lire la suite]



  Lettre n°59: L'événement
      Après l’élection, où est l’union européenne ?

    par André Bellon



A suivre la campagne électorale, on avait fini par croire que la question européenne n’existait pas ou de façon simplement marginale. Très peu de déclarations des candidats y avaient fait allusion.


On finirait par croire qu’il n’y a pas de véritable enjeu et qu’on peut se passer...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !