République !
Mercredi 25 Avril 2018

 Lettre n°19: Brèves


   Versaillesland



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 26 Mai 2008

  Le domaine national du château de Versailles fait l’objet d’importants travaux. Au hameau de la reine, on envisage de reconstruire certaines maisons, totalement disparues aujourd’hui. Sans doute dans l’idée de reconstituer le petit paradis perdu de l’incomprise Marie-Antoinette. Dans la cour d’honneur, on replace la grille d’entrée telle qu’elle était au XVIIIe siècle. On gomme ainsi les transformations opérées par l’Histoire, par exemple les aménagements effectués par Louis-Philippe au XIXe siècle. La Galerie des glaces a, quant à elle, été rénovée grâce au mécénat peu discret de la société Vinci qui a tenu – fait inédit - à conduire elle-même les travaux, ce qui lui a permis de choisir les entreprises bénéficiaires des contrats. On a remarqué l’appel fait par cette société à des organismes étrangers, pas toujours accoutumés à ce type d’intervention délicate. Officiellement, la qualité des réparations n’en a pas souffert : « ni dérapage ni fautes de goût visibles » selon un observateur. Mais tous les spécialistes ne partagent pas cet avis. Point commun de tous ces travaux : une vision touristique de l’histoire qui pourrait bien, si l’on y prend garde, transformer un haut lieu de l’histoire et de la culture française en parc d’attraction à thème, genre Versaillesland.


A-C.R.


  Autres articles


  Lettre n°22: Brèves
       CDD, CDI ou intérim dans l’Education ?

    Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République, a préconisé devant les ministres de l’Education et de la Fonction publique l’abolition du statut de vacataire dans l’Education. Sa proposition : les remplacements peuvent être effectués par des personnels bénéficiant soit d’un CDD ou d’un CDI. En apparence, cette réforme se présente comme...[Lire la suite]


  Lettre n°39: Brèves
      La francophonie est en marche

    Dernièrement, sur France Inter, une journaliste trouvant que la traduction simultanée qu’elle faisait des propos d’une personnalité faisait perdre du temps, a soudain déclaré que ce n’était plus la peine de traduire puisque tout le monde comprenait l’anglais. On n’a pas entendu de protestations des instances gouvernementales.

...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !