République !
Jeudi 23 Mai 2019

 Lettre n°20: Brèves


    Offensive contre l'école maternelle : l'Europe en marche



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 24 Juin 2008

 Dans le département du Bas-Rhin, comme dans quelques autres endroits-tests en France, un instituteur des classes maternelles qui s’inscrit dans le mouvement annuel de sa circonscription d’académie, pour une mutation, par exemple, peut découvrir un nouvel intitulé de poste : «adjoint d’école élémentaire» au lieu de «professeur des écoles» ou «instituteur». Que nous cachent ces glissements d’intitulés ? Avec son ouvrage Il faut supprimer les écoles maternelles, Monsieur Bentollita, chercheur de son état (sic !), et fervent mandataire de différentes études européennes, dont celle portant sur «la libéralisation du système éducatif européen», stimule depuis 2002 Xavier Darcos à conduire une remise en cause radicale de notre système éducatif. Louvoyer est la méthode employée plutôt qu’annoncer au grand jour des contre-réformes. Ainsi, les deux premières années de maternelle sont en passe d’être supprimées, sauf l’actuelle troisième année devenant classe « pré-élémentaire ». Sont stimulés dans un même temps, le recours aux entreprises privées éducatives qui se substitueraient aux suppressions de postes des circonscriptions, ainsi qu’une mise en pratique d’une politique régionaliste en matière de formation de nos enfants. Dans les régions frontalières de l’Est, lorsqu’un poste de maître n’est pas renouvelé, il est « libéré » pour un enseignant bilingue français / allemand. Pour le Sud-Ouest, c’est le catalan, etc. Tout parent, tout fonctionnaire de l’Education nationale, est en droit de s’inquiéter de l’avenir de notre service public d’Education nationale. Qu’une famille déménage d’une année sur l’autre, et voici que le modèle d’enseignement laïque, homogène et cohérent sur l’ensemble du territoire national est menacé. Qu’un enseignant change de poste et le voici rétrogradé ou disqualifié pour occuper un poste bilingue. Hasard objectif ? En mai dernier, le Parlement a intégré dans la Constitution la reconnaissance «active» des langues régionales. Fait exceptionnel, l’Académie française s’en est ouvertement inquiétée le 16 juin par une recommandation allant contre cette dérive.


O.P.


  Autres articles


  Lettre n°26: Brève
       Même les enfants deviennent propriété intellectuelle

    Il est des moments dans l'Histoire des Nations où les choix à réaliser pour les citoyens et les responsables sortent du commun, car il s'agit d'éviter le pire.
Nous en sommes peut être bien là.
Les facettes du Projet sont nombreuses. Seule la prise en compte simultanée de nombre de...[Lire la suite]



  Lettre n°22: Editorial
      Et le suffrage universel dans tout ça ?

    Il n’était pas nécessaire d’être grand clerc pour comprendre que tout cela ne pouvait pas durer ! Que la sauvegarde de la bonne santé économique et financière du monde, et de notre pays en particulier, dépende ( entre autres raisons ) des Etats-Unis et de ses acrobates de la finance,...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !