République !
Vendredi 14 Décembre 2018

 Lettre n°23: Un mot dans l'air du temps


   Diversité



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 25 Novembre 2008

 par Anne-Cécile Robert


L’élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis symbolise « l'Amérique métissée »1 et la «victoire de la jeunesse et de la diversité»2. Cet événement, qui « confronte la France à ses insuffisances»3, va-t-il « favoriser les progrès de la diversité »4 dans notre pays ?, etc. En ce début novembre 2008, les médias et les discours politiques dégoulinent d’appels à la promotion de la « diversité ». Le Journal du dimanche publie même, avec le soutien de l’épouse du Président de la République, Carla Bruni-Sarkozy, un « manifeste pour l’égalité réelle »5 qui réclame un « Grenelle de la diversité». Le texte, lancé par l'industriel Yazid Sabeg est signé par des responsables politiques de divers bords, comme Jean-François Copé et Patrick Devedjian (UMP), Dominique Voynet (Verts), Christiane Taubira (PRG), Arnaud Montebourg et Christian Paul (PS) mais aussi des personnalités associatives.

Ces personnalités seraient sans doute surprises d’apprendre que M. Obama s’est toujours montré très circonspect quant à ce type de discours, en particulier vis-à-vis de la « discrimination positive » à laquelle il préfère privilégier l’analyse des inégalités sociales6 . Ainsi, selon Charles Ogletree, son conseiller pour les questions raciales, le président élu des Etats-Unis « aspire à une société dans laquelle le facteur racial a moins d’importance. Où il n’apparaît pas comme un handicap ou comme un élément automatique de promotion sociale »7. Mais le boulet de la « diversité » est lancé et il vise tous les secteurs. « Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à jouer la carte de la diversité »8 titre ainsi Le Monde. Le 17 novembre, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) publie une étude qui dénonce la sous-représentation des « minorités visibles dans les médias »9. Relevant que la part des « personnes vues comme non blanches » n’excède pas 14% sur les écrans de télévision aux heures de forte écoute (17 h-24 h et journaux télévisés du week-end), le CSA dresse un « constat consternant et affligeant » de la diversité télévisuelle. Déjà, le 28 mars dernier, cette instance avait créé « l'Observatoire de la diversité audiovisuelle ».

La réalité des discriminations et du racisme en France, comme ailleurs, constitue une plaie que tous les républicains doivent combattre avec un acharnement sans faille. Ceci posé – et on ne cessera de le poser – on peut s’interroger sur la signification de ce discours sur la « diversité ». Il vise la couleur de la peau et la « visibilité » des ethnies. Mais, comme le note le politologue Marie Benilde, « A quelle norme démographique peut-il se référer pour juger « inacceptable » la représentation de la diversité ethnique à l’écran ? Aucun élément référentiel n’est scientifiquement admissible, et c’est donc en se fondant sur un ressenti plus ou moins avoué du poids de la question raciale dans la société française qu’il établit son jugement. Au risque d’instiller dans le paysage audiovisuel un poison durable qui consiste à caractériser tout locuteur dans un programme de télévision en fonction de la couleur de sa peau »10.
Benilde ajoute que la « diversité » ainsi conçue est un concept importé des Etats-Unis, où l’histoire des discriminations est différente de la nôtre.

En outre, cette vision occulte deux problèmes majeurs que la classe politique et les médias prennent de moins en moins en charge : la question politique et la question sociale. Les médias ne se caractérisent pas, malgré la pluralité des titres, par une diversité d’opinions, par exemple sur la construction européenne ou les choix de politiques économiques (même si la crise financière amène quelques sons de cloche différents). Cette absence de diversité-là, pourtant cruciale en démocratie, ne semble pas émouvoir les commentateurs (et pour cause !). Il en est de même de la diversité sociale. Il est très significatif que le président du CSA Michel Boyon ait passé sous silence une partie des résultats de l’étude mentionnée plus haut : celle qui fait état de la sous-représentation à l’écran de nombreuses catégories socioprofessionnelles par rapport à la place qu’elles occupent dans la société française. Ainsi, les ouvriers ne figurent que pour 2% en termes de présence à la télévision alors que leur part dans la population s’établit à 23%. De même, les employés ne comptent que pour 16%, alors qu’ils sont presque deux fois plus nombreux (30%) en France. A l’inverse, les cadres ont beau être minoritaires dans la société (15%), ils occupent un poids très important (61%) dans la représentation à l’écran.

Le sociologue Vincent Cespedes s’inquiète de la propagation d’un discours racialiste : « Une diversité sommée de se signaler, un devoir - voir la différence-, tel est le nanoracisme à la française dont le plan d’action du CSA n’est pas exempt »11. Ce n’est certainement pas un hasard si ces discours sur la « diversité » coïncident avec la promotion, dans les milieux proches du pouvoir, de la « discrimination positive», avec le soutien tacite du parti socialiste. Il appartient donc aux républicains de replacer la nécessaire lutte contre les discriminations (quelles qu’elles soient) et le racisme dans une vision progressiste et humaniste de la société.


Anne-Cécile Robert



Notes :

 1 -Ségolène Royal, Le Point, 5 novembre 2008 (Retour au texte)
 2 - Laurence Parisot, présidente du Mouvement des entreprises de France, Medef, Le Point, 5 novembre 2008. (Retour au texte)
 3 - France Soir, 10 novembre 2008 (Retour au texte)
 4 - RFO, 5 novembre 2008 (Retour au texte)
 5 - Le Journal du dimanche, 9 novembre 2008 (Retour au texte)
 6 - Lire «L’audacieux pari de Barack Obama», Le Monde diplomatique (Retour au texte)
 7 - Libération, 7 novembre 2008 (Retour au texte)
 8 - Le Monde, supplément « Les cahiers de la compétitivité », 19 novembre 2008. (Retour au texte)
 9 - http://www.csa.fr/actualite/interventions/interventions_detail.php?id=127455 (Retour au texte)
 10 - « Les théories racialistes gagnent la télévision française », lundi 17 novembre 2008, http://blog.mondediplo.net/2008-11-17-Les-theories-racialistes-gagnent-la-television (Retour au texte)
 11 - Libération, 13 novembre 2008 (Retour au texte)






  Autres articles


  Lettre n°7: Brèves
      Les petites phrases

    Depuis fort longtemps, la pratique des « petites phrases » s’est insérée dans la vie politique, sans que l’on s’interroge sérieusement pour savoir si ces « petites phrases » ont leur place dans un tel contexte ? Qu’elles soient drôles, cruelles ou impertinentes, elles font les choux gras du monde...[Lire la suite]


  Lettre n°2: Editorial
      Octobre noir

    « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale », proclame l’article premier de la Constitution. Des principes certes malheureusement de plus en plus battus en brèche dans la pratique, mais qui ont le mérite d’exposer clairement – à condition il est vrai que les mots ne soient...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !