République !
Mercredi 25 Avril 2018

 Lettre n°27: Brèves


   On nous prend pour des cons...et nous le dit !



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Samedi 21 Mars 2009

 "Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse." a déclaré Georges Frêche, maire de Montpellier pendant 27 ans, député environ 23 ans, président de la communauté d'agglomération de Montpellier, président de la Région Languedoc-Roussillon depuis 2004.



Il fut membre du bureau national du Parti socialiste de 1994 à 2007.


Il ne viendrait pas à l'idée de Frêche de contester une seule seconde les institutions qui maintiennent les "cons" éloignés de la politique; gageons qu'il trouve son intérêt à maintenir les "cons" dans la "connerie".


Il y a aussi de l'intelligence dans la société; Frêche et trop de ses semblables ne font rien pour qu'elle se déploie. Au contraire, aucun parti ne conteste radicalement les institutions qui excluent chacun d'entre nous une fois le vote effectué.


On le voit bien en ce moment, quand Sarkozy en toute légalité use et abuse du pouvoir que lui donne les institutions. Personne, ni à droite ni à gauche, sauf rares exceptions, ne les remet en cause. Et pourtant ! Limiter les pouvoirs du pouvoir, inscrire la protection des services publics - dont la monnaie et le système bancaire - dans une constitution émanant réellement du peuple, voilà qui donnerait de l'oxygène aux luttes qui actuellement s'épuisent à courrir derrière les crises.




D.B.


  Autres articles


  Lettre n°46: Un mot dans l'air du temps
      « Dépendance »

    par René Robert



Législateur fébrile autant que communicateur acharné, le Président Sarkozy, a annoncé une loi sur la dépendance et la création d’un cinquième risque de protection sociale, avant la fin de l’année. Une Commission de l’Assemblée Nationale travaille sur les deux sujets, en s’inspirant du rapport, commandé par l’Elysée,...[Lire la suite]



  Lettre n°53: Chronique de l'antirépublique
      L’axe Berlin-Paris s’impose par la force contre la volonté des peuples

    par Jean-Pierre Alliot



Les banques et leurs filiales avivent les conflits entre les intérêts nationaux. L’Europe promise de la démocratie et de la paix apparaît comme une union instable qui dévore les nations et contraint leurs habitants à payer tribut aux financiers des pays les plus puissants.


...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !