République !
Vendredi 16 Novembre 2018

 Lettre n°28: Brèves


   Vous n’étiez qu’un esclave



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Vendredi 17 Avril 2009

 Avant la 2ème guerre mondiale, existait à Paris une place dite « des trois Dumas ». Y étaient érigées la statue du grand écrivain Alexandre Dumas, celle de son fils, l’auteur de « La dame aux camélias » et celle de son père, général de la révolution. Sur cette place qui a perdu son nom, les deux premières statues sont toujours présentes. La dernière, ayant eu le malheur d’être en bronze, a été fondue sous l’occupation par les autorités allemandes et, depuis longtemps, il est demandé de l’ériger à nouveau sur cette place.


Ce devrait être chose faite. Mais ce n’est pas la statue du général qui sera inaugurée ; ce sera une allégorie de l’esclavage. Alors qu’un projet de Ousmane SOW représentant la force et la fonction du général avait été proposé, il a lui a été préféré une représentation de chaînes d’esclave, cette œuvre étant inaugurée par le maire de Paris le samedi 4 mai 2009.


On se souvient du titre d’un grand quotidien lors de la mise au Panthéon de l’immense écrivain qu’était Alexandre Dumas : « Le métissage entre au Panthéon ». Dumas n’était qualifiée que par sa couleur, valorisé que par son ethnie. Et bien, revoilà la même chanson. Un général de la révolution française n’est considéré qu’au travers de son ancienne identité d’esclave.
On ne célèbre plus les grands personnages ; on célèbre la repentance de nos fautes antérieures et on se félicite d’y avoir mis fin. En tous cas, ça reste entre gens bien pensants.


A.B.


  Autres articles


  Lettre n°3: Un mot dans l'air du temps
      Publicité, consommation : porter la question de la République au cœur des mouvements sociaux

    par Paul Ariès


Une mouvance souvent considérée comme plus morale que politique semble se diversifier aujourd'hui. L’engagement politique y fait face au « vote avec son porte-monnaie », le principe de la primauté de la loi s'y oppose au principe religieux du « juste prix ».


La pire chose qui pourrait arriver...[Lire la suite]



  Lettre n°21: Un mot dans l'air du temps
      Le souverainisme, voilà l'ennemi !

    par Anne-Cécile Robert


Crise financière ou guerre du Caucase, le politologue Alain Duhamel a trouvé la cause de tous nos maux : le « souverainisme » (Libération, 11 septembre 2008). « Myopes », les « souverainistes » professeraient le repli frileux derrière les frontières nationales à coup de « contre-vérités »,...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !