République !
Dimanche 24 Juin 2018

 Lettre n°31: Brèves


   L'esprit de soumission



   Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Jeudi 17 Septembre 2009

 Sarkozy a donc décidé d'un grand emprunt. On peut s'étonner de cette idée alors que la dette publique est en général présentée comme la calamité suprême. Mais on s'étonnera encore plus de voir MM Rocard et Juppé accepter de coprésider une commission chargée de réfléchir à l'utilisation de cet emprunt.

Un esprit simpliste se demanderait spontanémemt pourquoi faire un emprunt si on n'en connait pas a priori l'usage. Il s'étonnerait donc de voir deux personnages qui se présentent comme critiques vis-à-vis de Sarkozy accepter de participer à ce jeu. C'est tout simple: le seul objet de cette commission est d'en instrumentaliser les acteurs. Sarkozy teste là son pouvoir de contrôle et d'asservissement de la vie politique et, ma foi, il y arrive bien.

Il y arrive d'autant mieux que personne ne semble s'en offusquer vraiment. Ni la majorité parlementaire qui dit amen à tout, ni une soi-disant opposition qui n'ose plus rappeler ses positions à ses propres membres... lorsqu'elle en a.

C'est ainsi qu'on change subrepticememt un système politique et social, en érigeant la soumission en principe de gouvernement.


A.B.


  Autres articles


  Lettre n°26: Brève
      Défendre la démocratie ou défendre un parti ?

    Ainsi donc, le mardi 20 janvier 2009, à l'Assemblée nationale, réunis pour l'examen d'une loi organique visant à "encadrer" les relations entre le parlement et le gouvernement, les députés du PS ont crié "démocratie, démocratie", ont entonné la Marseillaise et ont hurlé contre la limitation de leur rôle en rappelant...[Lire la suite]


  Lettre n°24: Note de lecture
       Francine Markovits : Montesquieu. Le droit et l'histoire

    L’essence de la philosophie politique de Montesquieu (1689-1755) est, dit-on depuis les travaux de Raymond Aron, le libéralisme. Pourtant, en décrivant l’individu comme l’émanation des rapports juridiques, l’auteur de L’Esprit des lois contestait déjà, en 1749, cette interprétation : il n’est donc pas un libéral car, pour lui, l’individu n’est...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !