République !
Jeudi 20 Septembre 2018

 Lettre n°31: Brèves


   L'esprit de soumission



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Jeudi 17 Septembre 2009

 Sarkozy a donc décidé d'un grand emprunt. On peut s'étonner de cette idée alors que la dette publique est en général présentée comme la calamité suprême. Mais on s'étonnera encore plus de voir MM Rocard et Juppé accepter de coprésider une commission chargée de réfléchir à l'utilisation de cet emprunt.

Un esprit simpliste se demanderait spontanémemt pourquoi faire un emprunt si on n'en connait pas a priori l'usage. Il s'étonnerait donc de voir deux personnages qui se présentent comme critiques vis-à-vis de Sarkozy accepter de participer à ce jeu. C'est tout simple: le seul objet de cette commission est d'en instrumentaliser les acteurs. Sarkozy teste là son pouvoir de contrôle et d'asservissement de la vie politique et, ma foi, il y arrive bien.

Il y arrive d'autant mieux que personne ne semble s'en offusquer vraiment. Ni la majorité parlementaire qui dit amen à tout, ni une soi-disant opposition qui n'ose plus rappeler ses positions à ses propres membres... lorsqu'elle en a.

C'est ainsi qu'on change subrepticememt un système politique et social, en érigeant la soumission en principe de gouvernement.


A.B.


  Autres articles


  Lettre n°52: Un mot dans l'air du temps
      Le Sénat qui change pour que rien ne change

    par Jean-Pierre Alliot


Les candidats du président ont subi un tel échec aux dernières élections sénatoriales que l’événement a semblé prendre la dimension d’un basculement historique. Le Sénat aurait basculé à gauche, dans le sens du progrès ! On n’aurait pas été loin d’une révolution si c’eût été l’ensemble du...[Lire la suite]



  Lettre n°30: Note de lecture
      L'Europe sociale n'aura pas lieu

    Pourquoi l’Europe sociale n’aura pas lieu ? En examinant les origines de la construction européenne, tant idéologiques qu’institutionnelles, les auteurs soulignent en trois plans successifs sa vocation marchande et sa saveur technocratique. Bien sûr, la rhétorique des beaux mots a toujours facilité ce processus antidémocratique dans les faits. Ainsi, sous...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !