République !
Mardi 19 Février 2019

 Lettre n°34: Brèves


   Mais où est donc passée la République ?



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Vendredi 18 Décembre 2009

 L’Assemblée nationale est, en théorie, une espèce de sanctuaire de la démocratie et de la République. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Envahie par des hordes de touristes, méprisé au nom de son inutilité, considérée par le Président de la république comme un paillasson, elle vient de vivre des agressions physiques. D’abord, des militants de Greenpeace l’ont prise pour un terrain de manifestation, ensuite des policiers sont intervenus pour fouiller les bureaux d’un député.


Ces dérapages graves quant à l’image et à la place de l’Assemblée ne sauraient être traités de façon anodine. Ils montrent en tout cas l’état de la démocratie. Monsieur Noël Mamère a très justement protesté contre l’investissement de son bureau, il trouve par contre normal que l’hémicycle serve de rocher d’escalade. Ni l’un ni l’autre ne sont acceptables. Quant à sa déclaration suivant laquelle « si Greenpeace n'était pas intervenu à l'Assemblée, on n'aurait pas parlé de Copenhague », on espère pour lui qu’il plaisante. En effet, depuis une semaine, on ne parle que de cela. Ce serait d’ailleurs une excellente chose si on avait parlé, ne serait-ce qu’un dixième de fois autant, du récent sommet de la FAO sur la faim dans le monde. Obama n’y était d’ailleurs pas. Mais, bien sûr, on ne saurait parler de tout ni être présent partout.




A.B.


  Autres articles


  Lettre n°65: Un mot dans l'air du temps
      Gouvernance

    par Christian Berthier


Les grands media en abusent : Gouvernement et Gouverner : au piquet ! Place à la « gouvernance » !

Pourtant, dans les dictionnaires, le suffixe « -ance » indique le résultat d’une action et non l’action, ni l’acteur eux même. Il en est ainsi des couples...[Lire la suite]



  Lettre n°30: Un mot dans l'air du temps
      Abstention

    par André Bellon



Dans son dernier discours de la campagne pour les élections européennes, François Fillon, utilisant avec morgue les méthodes de Monsieur de La Palice, a déclaré : « Dans une élection à un tour, celui qui gagne, c’est celui qui arrive en tête ». Nous nous épargnerons la remarque...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !