République !
Mercredi 14 Novembre 2018

 Lettre n°35: Brèves


   Presse : plus jamais ça !



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 25 Janvier 2010

 On se souvient des lamentations des journalistes qui s’étaient fait manipuler lors de l’affaire des faux charniers roumains de Timisoara en décembre 1989. Sur le moment, la presse unanime s’exclama « plus jamais ça ! ».

On fit alors des colloques sur la déontologie du métier de journaliste, on reparla de la charte des devoirs de la profession de 1918. Bref, ce fut une communion dans la repentance.

Est-il vrai que les choses ne sont plus les mêmes aujourd’hui ? Il y a quelques jours, France2, emportée par son enthousiasme à défendre la démocratie en Iran, a montré, comme on le sait, des images de répression des manifestations dans ce pays. On a, cela étant, assez vite découvert que les photos étaient en fait celles de la répression au Honduras, pays qui ne semble pas passionner la rédaction de la chaîne.

La différence avec 1989 est donc réelle, mais pas où on pourrait le croire. C’est tout simplement que cet évènement ne donne pas lieu aux mêmes indignations qu’alors. Et puis, en 1989, les journalistes étaient manipulés ; aujourd’hui, ils s’intoxiquent eux-mêmes.

Il est vrai que les émotions de 1989 n’avaient débouché sur aucune mesure contraignante ou réforme de fond quant à la formation des journalistes et aux conditions d’exercice de leur métier.

Est-ce une justification ? La légèreté et l’incompétence –pour ne pas dire plus- des journalistes serait-elle devenue une banalité. Quant à la République et aux règles démocratiques, qui s’en soucie encore ?




A.B.


  Autres articles


  Lettre n°32: Brèves
      Barroso, notre avenir

    On n’arrête pas Barroso. Toujours en avance d’un commentaire, il s’est félicité du oui irlandais au référendum qui apporte, selon lui, une grande légitimité au traité de Lisbonne. Pour ce grand démocrate, la légitimité est seulement celle des résultats conformes à ses souhaits. Dans le cas contraire, on ignore le...[Lire la suite]


  Lettre n°20: Note de lecture
      Il faut qu'il parte

    Tout est parti d’un matin de janvier. Sébastien Lapaque discute avec un ami enseignant. Il apprend qu’au pays de Victor Hugo un de nos burgraves juge «sadique» d’inscrire La Princesse de Clèves à un oral de concours administratif. Des instants de rage contre les sommets de l’Etat s’en suivent, en...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !