République !
Dimanche 17 Février 2019

 Lettre n°36: Brèves


   La carpette anglaise (suite)



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Vendredi 19 Février 2010

 «Comme on est tous bilingue, ce n’est pas la peine de traduire ! », s’est exclamée joyeusement la journaliste de France info ce 31 janvier 2010, après plusieurs phrases en anglais du PDG d’un géant américain de l’informatique.

Mis à part la bêtise profonde que sous-tend ce genre de propos, cette absence de traduction relève du mépris de l’auditeur qui est – faut-il le rappeler à cette journaliste – francophone.

Consciemment ou inconsciemment, France info participe en outre de la domination d’une langue étrangère. Evidemment, nous expliquera le directeur de l’Express Christophe Barbier, cette évolution est naturelle et il nous faut tous nous mettre à l’anglais en « mettant notre fierté au fond de notre poche avec un mouchoir dessus ».

La journaliste de France Info et Barbier seraient sans doute surpris de lire, chez le premier ministre britannique Winston Churchill, l’importance de promouvoir la langue anglaise afin de favoriser les intérêts commerciaux anglo-saxons (Théorie des 3 cercles formulée en 1948.

Mais, au fond,ce n’est sans doute pas un hasard si la chronique « bilingue » du 31 janvier commente, sans la moindre distance critique, la sortie d’un produit électronique dernier cri conçu et fabriqué aux Etats-Unis.




A-C.R.


  Autres articles


  Lettre n°1: Editorial
      République: la zone de turbulence

    Le 20 septembre, Jean-Marie Le Pen est allé à Valmy pour y commémorer la fameuse bataille de 1792 qui aida à l’établissement de la République en France. De droite comme de gauche, on s’en est naturellement ému. Les socialistes y ont même organisé une contre-manifestation. C’était bien la première fois...[Lire la suite]


  Lettre n°10: Editorial
      La tête et les jambes

    La finesse d'analyse politique de François Hollande s'est révélée dans toute sa puissance involontaire, lorsqu'il a affirmé, au soir du second tour des élections légisalatives, le 17 juin, que la France marchait désormais sur ses deux jambes. Il voulait se féliciter de n'avoir pas conduit son parti à une nouvelle...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !