République !
Mercredi 25 Avril 2018

 Lettre n°38: Brèves


   Chose publique entendue à l’Assemblée nationale



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 26 Avril 2010

 Sous l’égide de l’association « Lire la politique » (association fondée en 1991 par Luce Perrot), le Président Accoyer a accueilli en ses murs, samedi 10 avril, les plus perçantes personnalités du commentaire politique du moment, tous médias confondus (web, télévision, radio, presse écrite). La thématique générale de la journée, alléchante s’il en était, nous intéressait au premier chef : « les nouvelles frontières de la République ». Débats, interventions en fil rouge d’Arlette Chabot, Dominique Reynié, etc., et tables rondes se sont succédées durant la matinée avant la remise de deux prix pour l’an 2010 : le Prix du Livre politique, dont le jury était présidé par l’éditorialiste Alain-Gérard Slama, et le Prix des Députés, dont le jury était présidé quant à lui par Bernard Accoyer.

Plusieurs allocutions relatives à la démocratie et le journalisme, la santé de la République ou encore les nouvelles solidarités émaillèrent les réjouissances matinales.

Du beau linge, vous dis-je…

Une déclaration liminaire à la remise de l’un des deux prix a attiré notre attention, particulièrement pour en faire profiter le Groupe République par cette présente brève. Celle de AG Slama. Le billettiste libéral a brossé le portrait-robot du journaliste consciencieux, prompt à saisir l’humeur historique de l’immédiat.

« Au moment où le fossé se creuse entre les Français et la politique », le livre politique se porte au mieux, insiste-t-il, signe de « la très bonne santé de notre République ». C’est la raison pour laquelle, selon lui, et dans un contexte « d’Etat centralisé (…) la République française est, parmi les démocraties démocratiques, la plus durement touchée ». La République reste pour autant « vivace » et se « porte bien mieux qu’on voudrait le croire (…) nos concitoyens, eux, le savent mieux que les élites ».

Tout lecteur critique des présentes Lettres ne méconnaissant pas la réalité sociale ne peut que lâcher ici un immense éclat de rire.

NOTA :

Emmanuel Hoog a été récompensé du Prix du Livre politique pour Mémoire année zéro (Seuil) ; le Prix des Députés 2010 a été décerné à François Bazin pour Le sorcier de l’Elysée – L’histoire secrète de Jacques Pilhan (Plon).




O.P.


  Autres articles


  Lettre n°17: Chronique de l'antirépublique
      L’oppression du chiffre sacré

    par André Bellon


Le 17 octobre 2007, un sondage CSA-l’Humanité déclarait que 54% des français approuvaient la grève à la SNCF ; le 18 octobre, un sondage BVA- Le Figaro expliquait que 55% des français y étaient hostiles. Ainsi va, de nos jours, l’opinion dite publique. On nous impose notre propre...[Lire la suite]



  Lettre n°3: Un mot dans l'air du temps
      Publicité, consommation : porter la question de la République au cœur des mouvements sociaux

    par Paul Ariès


Une mouvance souvent considérée comme plus morale que politique semble se diversifier aujourd'hui. L’engagement politique y fait face au « vote avec son porte-monnaie », le principe de la primauté de la loi s'y oppose au principe religieux du « juste prix ».


La pire chose qui pourrait arriver...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !