République !
Mardi 17 Juillet 2018

 Lettre n°38: Brèves


   La Seine-et-Marne sévèrement touchée par des destructions d’emplois



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 26 Avril 2010

 Le site de pièces de rechange de Moissy-Cramayel PSA Peugeot-Citroën, en Seine-et-Marne, qui emploie 390 salariés est voué à une disparition totale, a annoncé le 13 avril la direction du groupe. Le constructeur automobile présentera le 20 avril en comité central d'entreprise son « projet de réorganisation de la logistique pièces de rechange » ; le groupe prévoit le recours à la mobilité interne avec 170 reclassements par an dans cette activité. Il y a tout juste un an, déjà, des manifestations protestaient à Melun contre un tel plan de 150 « départs volontaires » (sic !).

Nicolas Sarkozy s’était ému il y a quelques semaines de la fabrication « externalisée » à l’étranger d’un groupe automobile, rappelant le rôle de l’Etat en tant qu’actionnaire et convoquant son PDG au Palais de l’Elysée. Or, PSA ferme pour la première fois un site en France. Que va dire ou faire le Président cette fois-ci ? Tancer les dirigeants du groupe sur l’estrade, froncer les sourcils ? Recevoir des syndicalistes et leur promettre d’agir ?

De tous les départements d’Ile-de-France, la Seine-et-Marne enregistre la plus forte progression du nombre de chômeurs. Les mauvaises nouvelles s’accumulent depuis plusieurs mois, et tout a commencé dès la fin de l’année 2008 : licenciements à Nina Ricci, Saint-Gobain, Wabco, etc., fermetures de sites pour Sun Chemical, Hautecoeur et DHL, etc., chômage technique à Rioglass ou encore congés forcés à Snecma-Villaroche. Le nord du département plus industrialisé est autant touché que le sud plus rural.

Au printemps 2008, le département comptait 33 320 demandeurs d’emploi. Au début de l’été 2009, le département enregistrait un peu plus de 44.000 chômeurs. 10.000 chômeurs de plus en un an ! Le dernier taux de chômage officiel (sans relevé du nombre précis d’inscrits) que nous possédons est issu de l’INSEE qui présente, pour le 4ème trimestre 2009, un taux de 7,4 sans doute en dessous de la population salariée seine-et-marnaise marquée par la recrudescence des radiations des chômeurs de longue durée, comme l’avoue bien volontiers la direction départementale de Pôle Emploi.

Ce nouveau drame social démontre une fois de plus, dans un exemple pris dans le département le plus jeune et le plus vaste en superficie de France, que précarité et extinction du développement économique hypothèquent fortement le contrat républicain.


O.P.


  Autres articles


  Lettre n°18: Chronique de l'antirépublique
       La SNCF est-elle une entreprise comme les autres ?

    par Laurent Pelvey


Le deuxième Conseil de modernisation des politiques publiques, bras armé de la mise au pas libérale de la France, s'est tenu à l'Elysée le 4 avril dernier. Parmi les 116 mesures proposées figure la "prise en charge, en les maintenant, des tarifs sociaux de la SNCF par la...[Lire la suite]



  Lettre n°15: L'événement
      Des ministres de la République sous contrôle privé

    par Jean-Pierre Alliot


Les indics au pouvoir ! Est-ce une nouvelle conquête de l’empire du numérique ? Toujours est-il que les ministres seront soumis à des « indicateurs de résultats », comme l’a annoncé le porte-parole du gouvernement, Laurent Wauquiez, au tout début de l’année.

Souvent chiffrés, ces...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !