République !
Mardi 20 Février 2018

 Lettre n°38: Brèves


   Les régions de ma france (Jean Ferrat)



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 26 Avril 2010

 Les régionales sont passées avec les résultats que chacun connaît et pouvait prévoir avec un peu de jugeote.Bien que l’expérience nous ait habitué à l’étalage de la plus extrême mauvaise foi, il est difficile de ne pas être confondu par les commentaires d’après vote. Ainsi l’abstention serait, d’après nos experts et entre autres hypothèses, une conséquence de la crise qui perturbe les équilibres ( et les revenus !) ou la méconnaissance du rôle et de l’importance des régions. Une seule explication n’est jamais formulée, laquelle pourtant, relève de l’évidence et du plus simple bon sens… L’abstention n’est-elle pas tout simplement la conséquence du fait que le citoyen lambda ne sait plus pour qui voter face à des offres qui ne correspondent pas à ce qu’il attend et à des partis qui méconnaissent ou interprètent ses votes ? Car, faut-il le rappeler, les promesses non tenues, les mesures de rigueur présentées comme des réformes ou des modernisations ( bien sur indispensables !), le non respect de la souveraineté populaire suite au référendum du 29 mai 2005 pèsent d’un grand poids sur les consciences des citoyens qui n’oublient pas aussi vite qu’on le croit ! Or il se trouve, qu’à une ou deux exceptions prés, tous les partis en lice pour les régionales avaient milité pour le OUI et accepté que le Traité de Lisbonne remplace le projet de Constitution européenne. Pourquoi l’abstention ne serait-elle pas la marque du profond rejet d’un système qui entraîne la Nation là où elle ne veut pas aller, c'est-à-dire vers une intégration européenne vouée à la dictature des marchés, avec les conséquences que l’on subit déjà et le risque de la dilution de la République dans le chaudron européen ? Jean Ferrat chantait "Ma France" et chacun aimerait l’écouter encore longtemps sans se dire que cette chanson appartient à un passé révolu !



G.L.


  Autres articles


  Lettre n°1: Chronique de l'antirépublique
      Dangereuse légalisation du régime de Vichy

    par Anne-Cécile Robert


En rupture avec la doctrine officielle depuis la Seconde guerre mondiale, la responsabilité de la France pour les crimes commis par le régime de Vichy a été reconnue par le président de la République Jacques Chirac, dans un discours prononcé le 16 juillet 1995, à...[Lire la suite]



  Chronique de l'antirépublique
      Quand Rosanvallon se campe en homme «de gauche»

    par Anne-Cécile Robert


Le sociologue, fondateur de la défunte Fondation Saint Simon dont le principal objet était de promouvoir le social-libéralisme, reprend ainsi du service dans un nouveau rôle: celui de l'intellectuel «progressiste» de référence. Depuis le décès de Pierre Bourdieu, la place était libre, comme ont eu le front de...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !