République !
Samedi 22 Septembre 2018

 Lettre n°38: Brèves


   Les régions de ma france (Jean Ferrat)



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 26 Avril 2010

 Les régionales sont passées avec les résultats que chacun connaît et pouvait prévoir avec un peu de jugeote.Bien que l’expérience nous ait habitué à l’étalage de la plus extrême mauvaise foi, il est difficile de ne pas être confondu par les commentaires d’après vote. Ainsi l’abstention serait, d’après nos experts et entre autres hypothèses, une conséquence de la crise qui perturbe les équilibres ( et les revenus !) ou la méconnaissance du rôle et de l’importance des régions. Une seule explication n’est jamais formulée, laquelle pourtant, relève de l’évidence et du plus simple bon sens… L’abstention n’est-elle pas tout simplement la conséquence du fait que le citoyen lambda ne sait plus pour qui voter face à des offres qui ne correspondent pas à ce qu’il attend et à des partis qui méconnaissent ou interprètent ses votes ? Car, faut-il le rappeler, les promesses non tenues, les mesures de rigueur présentées comme des réformes ou des modernisations ( bien sur indispensables !), le non respect de la souveraineté populaire suite au référendum du 29 mai 2005 pèsent d’un grand poids sur les consciences des citoyens qui n’oublient pas aussi vite qu’on le croit ! Or il se trouve, qu’à une ou deux exceptions prés, tous les partis en lice pour les régionales avaient milité pour le OUI et accepté que le Traité de Lisbonne remplace le projet de Constitution européenne. Pourquoi l’abstention ne serait-elle pas la marque du profond rejet d’un système qui entraîne la Nation là où elle ne veut pas aller, c'est-à-dire vers une intégration européenne vouée à la dictature des marchés, avec les conséquences que l’on subit déjà et le risque de la dilution de la République dans le chaudron européen ? Jean Ferrat chantait "Ma France" et chacun aimerait l’écouter encore longtemps sans se dire que cette chanson appartient à un passé révolu !



G.L.


  Autres articles


  Lettre n°64: Note de lecture
      Les ordres du Chef. Culte de l’autorité et ambitions technocratiques : le CNRS sous Vichy

    Voici un livre qui mérite de rencontrer un écho chez les chercheurs. Michel Blay, philosophe et historien des sciences, par ailleurs président du Comité pour l’histoire du Centre National de la Recherche (CNRS) explique comment fut réorganisé le CNRS sous Vichy. On le sait, le 10 juillet 1940, c’est un...[Lire la suite]


  Lettre n°69: Un mot dans l'air du temps
      D’un coup d’État, l’autre

    par Anne-Cécile Robert



Coup d’Etat en République centrafricaine (mars 2013), coup d’Etat au Mali (mars 2012)… Qui dit « coup d’Etat » évoque un putsch militaire renversant des autorités légalement installées. L’Amérique latine en connut de nombreux depuis la seconde guerre mondiale. Le président Manuel Zelaya fut la victime...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !