République !
Jeudi 23 Mai 2019

 Lettre n°39: Editorial


   Jaurès, Mendes-France, de Gaulle, réveillez-vous, ils sont devenus fous !



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 18 Mai 2010

 Quand reviendront des temps plus calmes et que le monde sera enfin apaisé, qui sait si nous ne relirons pas, pour nous distraire, les péremptoires déclarations de nos dirigeants actuels et leur humour involontaire.


Ainsi, dans un article de l’Hebdo du socialiste du 6 décembre 2008, Martine Aubry développait sa vision optimiste de la situation alors que la crise financière battait déjà son plein :

« L’Europe, telle qu’elle a été conçue au départ par ses pères fondateurs a magnifiquement réussi à imposer la paix et à propager la démocratie et la prospérité économique, à tisser la solidarité avec les régions les moins développées, à promouvoir la défense des droits et à rapprocher les peuples ».

Il est difficile, en si peu de mots, de brosser un tableau de l’Europe aussi contraire à une réalité marquée par la guerre économique, le déni de démocratie, l’explosion des déficits, la loi du chacun pour soi et la détérioration des droits les plus élémentaires ( travail, retraites, santé, éducation, sécurité…). Quant au rapprochement des peuples, c’est le marché qui dicte sa loi et cette loi oppose ceux qui se soumettent et ceux qui se défendent et refusent la servitude !
Il faudrait être aveugle pour ne pas voir que cette prose s’inscrit dans une longue série de déclarations toutes aussi péremptoires, cyniques ou mensongères, qui datent de quinze ans, quinze mois ou quinze jours et résultent des réflexions de l’un ou l’autre de nos doctes experts.
Leur grande spécialité consiste à nous faire prendre des vessies pour des lanternes en misant sur la soi-disant crédulité des peuples !
« N’ayez pas peur de faire de grands rêves ! » sermonnait notre président, alors en campagne, sans nous mettre en garde contre les rêves qui deviennent cauchemars !

Tous les dirigeants de notre vie politique se refusent, malgré les évidences, à assumer les conséquences de leurs erreurs et préfèrent les évaluations du chiffre ou du profit (lire l’article d’Anne-Cécile Robert) plutôt que de regarder la réalité telle qu’elle se présente dans sa froide nudité.
Ils se refusent, avec le même acharnement, à admettre les effets destructeurs du dogme du « marché libre et non faussé » et les désordres financiers qu’il induit et qui ruinent aujourd’hui la Grèce, et demain peut-être, d’autres pays de la zone euro (lire l’article d’André Bellon).
Ils préfèrent, avec la même obstination, appeler « modernisation » ou « réformes » ce qui se traduit par un recul des valeurs républicaines, qu’ils s’appliquent à commémorer pour mieux en dénaturer le sens (lire l’article de Florence Gauthier).

Mais, contrairement à ce qui a été dit à une certaine époque, les peuples n’ont pas « la mémoire courte » et ils n’oublieront pas ces égarements de la raison !





  Autres articles


  Lettre n°12: Notes de lecture
      Clemenceau

    Après la faillite du socialisme « réel » et alors que l’étoile du nord social-démocrate a singulièrement pâli, n’est-il pas temps de redécouvrir une gauche républicaine fondée sur les principes de la Révolution française, celle incarnée par Clemenceau qui n’a jamais cru au primat du collectif ni à la...[Lire la suite]


  Tribunes
      Sauver la laïcité !

    André BELLON, écrivain, ancien parlementaire, Caroline FOUREST, journaliste, Catherine KINTZLER, philosophe, Jean-Claude MILNER, philosophe, Henri PENA-RUIZ, philosophe, Jean RIEDINGER, Observatoire chrétien de la laïcité, Jean-Paul SCOT, historien, Bruno STREIFF, écrivain et metteur en scène.





La laïcité est en péril. Ce n’est plus, cette fois, le...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !