République !
Mardi 11 Décembre 2018

 Lettre n°41: Brèves


   Quelle Histoire !



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 14 Septembre 2010

 La réforme de l'enseignement, lancée voici deux ans par Xavier Darcos, entre progressivement en vigueur.


Après la refonte des programmes des classes de 6e, c'est au tour de ceux des 5e d'être modifiés. Au nom de la promotion d'une "histoire universelle", il est notamment prévu de rogner les heures consacrées à Napoléon et à Louis XIV au profit de cours sur les grands empires (africains, asiatiques, etc.). Dans le passé, par exemple dans les années 1950, l'éducation nationale s'étaient déjà ouverte, avec raison, à l'étude des "grandes civilisations" (classes de terminales, 1957).


Ce n'est donc pas l'idée qui choque que l'idéologie qu'elle sous-tend. Les partisans de la réforme ont notamment du mal à cacher une vision communautariste de la société. Ainsi, Hubert Tison, secrétaire général de l'Association des professeurs d'histoire-géographie, affirme-t-il (Le Figaro, 27 août 2010): «Beaucoup de jeunes sont d'origine africaine: il faut aussi qu'ils se reconnaissent un peu dans les programmes.» On a là l'archétype du discours figé sur les "origines" (qui sont d'abord celles des parents) dans lesquelles l'enfant devrait par nature se reconnaître, dont il dépend au détriment de son libre-arbitre et de l'appartenance à la communauté nationale.


On peut aussi s'interroger sur la pertinence de rogner sur la connaissance de l'histoire de France au moment où le lien social se délite sous le feu des inégalités, de la survalorisations des "identités" particulières et du dénigrement de la "chose publique" (la République).


Même l'historien officiel du régime sarkozyste, Max Gallo, s'inquiète du coup ainsi porté au socle des connaissances de base sur l'histoire de France. Il est vrai que son idole, Napoléon, en est la victime...


A-C.R.


  Autres articles


  Lettre n°43: L'événement
      La retraite, symbole des cahiers de doléances

    par André Bellon


La signification de tout évènement dépend du point de vue où on se place. Il en est évidemment ainsi pour la contre-réforme des retraites. Vue par l’UMP, c’est une victoire car le texte a été voté. Vue par le PS, c’est un espoir car Sarkozy ayant suscité un...[Lire la suite]



  Lettre n°1: L'événement
      Santo subito !

    par Samuël Tomei


Un homme d’État se doit d’avoir la mémoire longue et de se retremper dans les principes qui le guident. Le sens aigu de l’intérêt général, en cas d’impérieuse nécessité, peut même l’amener à déroger à la règle. Tel M. Bertrand Delanoë, maire de Paris, qui...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !