République !
Jeudi 19 Juillet 2018

 Lettre n°45: Brèves


   Le Vatican n’est plus un paradis…fiscal !



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mercredi 26 Janvier 2011

 Le 30 décembre 2010, le pape Benoit XVI a publié une lettre apostolique ayant valeur de loi (motu proprio) pour la prévention et la lutte du blanchiment d’argent dans l’Etat du Vatican. C’est une première. Il est vrai que le richissime Saint-Siège, célèbre pour la puissance opaque de son Institut pour les Œuvres Religieuses (IOR) ainsi que pour le soutien de l’Opus Dei dans ses affaires financières n’avait pas pu, jusqu’alors, donner une image très positive de sa gestion des finances (milliards en fuite, financements occultes, argent sale, etc.). Etrangement d’ailleurs, c’est en pleine polémique sur de lourdes dérives financières mais aussi humaines que le Vatican semble revenir, à présent, sur sa tradition de secret et d’évasion fiscale : une autorité indépendante, l’Autorité d’information financière (AIR), vient d’être créée par le pape et la commission pontificale à des fins de transparence des comptes. Est-ce pour mieux évangéliser l’Europe ? Gageons que ce mouvement, très tard venu, d’harmonisation progressive des règles de finances avec les pays européens suscite chez les héritiers de Pie XII l’envie d’ouvrir les archives relatives à l’errance des finances du Vatican durant la Seconde Guerre Mondiale.




J.M.


  Autres articles


  Lettre n°47: Brèves
      Comment soumettre les magistrats ? Réformer la justice à l’italienne

    Le Conseil des ministres italien a adopté, ce jeudi 10 mars 2011, le projet de réforme constitutionnelle de la justice que souhaitait Silvio Berlusconi. Critiquant depuis toujours l’indépendance des magistrats et la séparation des pouvoirs, c’est en pleine tempête judiciaire que le Premier Ministre italien a réussi à faire passer...[Lire la suite]


  Lettre n°24: Brèves
      Egalité

    Il y a une dizaine d’années, en plein cœur du débat sur la parité, de doctes esprits, souvent d’ailleurs masculins, expliquaient que la politique, sous l’égide des femmes, serait marquée par la douceur. Bref, le discours sur l’essentialisme était à la mode.
Grâce à Martine Aubry et Ségolène Royal...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !