République !
Samedi 16 Décembre 2017

 Lettre n°46: Editorial


   Un monde qui change. Et ici ?



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 21 Février 2011

 Pendant que tant de médias ( et de sondages) vantent tel ou tel candidat à la présidentielle, le plus souvent confortablement installés dans une pensée unique qui lasse les citoyens français agacés par ce jeu, de l’autre côté des frontières françaises, en Islande, en Egypte, au Maroc, en Tunisie, en Algérie, en Libye, les peuples agissent pour la modification des systèmes politiques. Par les temps qui courent, rappeler qu’au XXIème siècle, la souveraineté populaire peut encore s’exprimer pourrait être une litote, un argument banal ou démagogique. Pourtant, loin de cette évidence, c’est contre de nombreuses puissances politiques, économiques, industrielles, expertocratiques que ces changements se dressent. S’en féliciter est on ne peut plus fondé. Mais encore faudrait-il qu’un acte de liberté permette, dans notre pays, d’insuffler le même mouvement. Renverser des régimes à bout de souffle pourrait être, ainsi, à en juger par l’actualité politique française, une nécessité du moment. Il s’agirait, ni plus ni moins, de suivre la tendance naturelle des citoyens à reprendre en mains les affaires publiques, à se réapproprier la vie politique par l’élection d’une Assemblée constituante au suffrage universel (lire l’article d’André Bellon).


Cela étant, tant de commentateurs trouveront simplistes, démagogique, (populiste ?) de penser le peuple capable de changer les règles du jeu dans un monde inique et « complexe ». Ils prétendront craindre qu’au contraire le peuple développe des tendances réactionnaires et xénophobes. Pour cela, par exemple, le Front National, dont la nature historique s’oppose à la démocratie, n’hésite pas à flatter les aspirations antimondialistes et républicaines, au prétexte de recueillir un électorat qui y serait sensible (lire l’article de Gilbert Legay). À l’évidence, le Front National n’en a pas fini d’essayer de déplacer les montagnes pour se donner l’apparence d’un parti démocrate et républicain.


Mais la situation peut dériver tant les plus démunis sont de plus en plus nombreux, de plus en plus vulnérables. Parmi ceux-ci, les dépendants handicapés sont soudain sous les feux de la rampe. Par solidarité ? Non pas. Sous des arguments d’apparente solidarité, les réformes en cours brisent les liens tissés jusqu’alors et développent là aussi des réformes libérales. Notamment en privatisant et en individualisant les situations d’handicaps (lire l’article de René Robert).


C’est pour cette raison que la pensée républicaine doit être de mise, en veillant au rappel du rôle de l’Etat dans ses fonctions de justice sociale. Sans cette veille continue, les pouvoirs publics et la classe dirigeante pourraient vraisemblablement, comme en Italie, plonger le pays dans une décadence accélérée fondée sur le retour aux privilèges d’autrefois. Toutefois, au-delà de la veille et de la réflexion, il faut refonder la démocratie en militant pour un nouveau système politique. C’est à ce projet, loin des partis pris pour les présidentielles, que les citoyens des communes, des collectivités territoriales et de la Nation pourraient rapidement donner suite. Une rupture avec les règles existantes, un renouveau de la démocratie.






  Autres articles


  Lettre n°19: Note de lecture
      V.Considérant : actualité des vœux d’hégémonie française tracée en 1840

    Victor Considérant (1808-1893), socialiste utopique marqué par le fouriérisme, est le critique radical de la société bourgeoise qui tenta d’instaurer un autre type de communauté économique et politique, le phalanstère.
La révolte des Canuts en 1831 et 1834 incita le polytechnicien à s’engager : il fonda la Phalange...[Lire la suite]



  Lettre n°42: Chronique de l'antirépublique
      La martingale de la générale

    par Jean-Pierre Alliot

A tous les coups l’on gagne ! La Société Générale a été confirmée dans son droit de spéculer dans le casino du marché mondial. Son trader excessif condamné, elle peut perfectionner ses systèmes jusqu’à la prochaine crise. Le jugement rendu le 5 octobre désigne l’employé comme seul responsable...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2017 - Le Groupe République !