République !
Mardi 19 Février 2019

 Lettre n°46: Brèves


   Et la prière sauvera-t-elle l’Italie de la crise ? Les parlementaires italiens au Vatican



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 21 Février 2011

 Sous le titre, « Corsa al voto dei cattolici. Pd e Pdl pregano insieme », le quotidien génois, Il Secolo XIX, relate, ce jeudi 3 février, une visite de 130 parlementaires italiens au Vatican. Ces derniers, membres de l’opposition ou non, de centre-gauche, du parti berluconiste comme d’extrême-droite, accompagnés de ministres en exercice et de divers responsables institutionnels, se sont retrouvés sur la tombe de Jean-Paul II la veille au matin, au sous-sol de la basilique Saint-Pierre, au cœur du Vatican. Leur présence, pour le moins surprenante, saluait en prières et avec une messe le choix de Benoît XVI d’avoir prévu la béatification du défunt pape polonais pour le 1er mai prochain. Réunis au Vatican, ces 130 parlementaires italiens ne manquent pas de symboliser, à eux seuls, la lourde crise morale et humaniste que traverse la péninsule. La démocratie n’existant plus (les observateurs laïques parlant tout au mieux de « démocratie autoritaire » sinon créant des concepts comme « l’égocratie »), la décadence politique est de règle. Ainsi, aux côtés, par exemple, du ministre de la justice Alfano, dont on sait les actions plus que réactionnaires, Walter Veltroni et Rosi Bindi, présidente du Parti démocrate, se recueillaient avec d’autres opposants au Premier Ministre sous la voûté étoilée du Saint-Siège. Dans un même esprit anti-laïque, à la recherche de voies du camp catholique, en donnant de la légitimité à la destruction de la démocratie et au Saint-Siège. Il reste à craindre que la crise politique italienne perdure considérablement. Hélas, 150 ans après le Risorgimento.




J.M.


  Autres articles


  Bétisier
       Que faire quand on croise l\'intelligence ?

    Laurence Parisot a introduit Bernard-Henri Lévy à l’Université d’été du MEDEF en ces termes :
« Vous êtes l’incarnation de l’intelligentsia française telle que nous l’aimons. »

Quand tant d\'intelligence se rencontre, on est près de la masse critique ! ...[Lire la suite]



  Lettre n°43: Un mot dans l'air du temps
      "Outrage"

    par Etienne Tarride




L'article 433-5 du Code pénal punit de 7.500 Euros d'amende les gestes paroles ou menaces, écrits ou images de toute nature non rendues publiques adressées à une personne chargée d'une mission de service public et de nature à porter atteinte à sa dignité ou au respect...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !