République !
Jeudi 23 Mai 2019

 Lettre n°47: Brèves


   Radio Vatican fête ses 80 ans ! Mais où sont passées les archives de la Seconde Guerre Mondiale ?



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 22 Mars 2011

 «Buon compleanno, Radio Vaticana ». La radio du Saint-Siège fête ses quatre-vingt ans d’existence. Sa date de lancement remonte en effet au 12 février 1931. L’Italie hésite entre fêter cet anniversaire et faire faux bond à celui, le mois prochain, de l’unité nationale. A l’occasion de la création de Radio Vatican, le pape Pie XI, venu pour inaugurer la station, avait lancé : « C’est un miracle de la science ». Le physicien Guglielmo Marconi qui avait contribué au projet, avait toujours pensé qu’ainsi, ce serait la voix du « Serviteur de Dieu », en l’occurrence le pape, qui pourrait être dans toutes les oreilles. Cette radio, « institution du Saint-Siège », diffuse dans plus de 70 pays la parole antilaïque et antihumaniste de l’Eglise. Ses traductions en langue étrangères sont considérables. D’après des relevés du Vatican, il s’agirait même, dès le matin, d’une des radios les plus écoutée d’Europe. Mais également d’une des plus fortunées. Si certains, en Italie comme ailleurs, soutiendront à cette occasion que la radio a un rôle émancipateur, et qu’elle fut, en particulier, un organe de résistance important à Hitler et à Mussolini, durant la Seconde Guerre Mondiale, n’oublions pas que Pie XI et Pie XII y furent à la tête durant toute cette période. En outre, la création de la radio intervient après la marche sur Rome et les accords du Latran, liant définitivement le fascisme au Vatican. Aujourd’hui, l’Opus Dei y joue un rôle considérable. On attend toujours de pouvoir écouter les émissions diffusées pendant les déportations des partisans. Mais ne brouillons pas les ondes. Car, hélas, en quatre-vingt ans, une partie de la mémoire semble avoir disparu…




J.M.


  Autres articles


  Lettre n°25: L'événement
      Le juge d'instruction : annonce d'une disparition

    par Nuri Albala



On répète depuis longtemps que « le juge d’instruction est l’homme le plus puissant de France ».

Il y a à cela deux raisons : d’une part ses pouvoirs d’investigations, d’enquêtes, de saisies et, surtout, d’incarcération (même si ceux-ci ont été transférés, depuis quelques...[Lire la suite]



  Lettre n°44: Un mot dans l'air du temps
      Dans le secret de l'Etat

    par Etienne Tarride



Tout démocrate, c'est un exercice obligatoire pour l'examen de qualification, doit être plus que réservé devant la notion même de Secret d'Etat. Le Secret d'État, c'est très mal, surtout en une époque où le pouvoir et les commentateurs nous bassinent avec la transparence.


Le...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !