République !
Mercredi 14 Novembre 2018

 Lettre n°51: Brèves


   Quand Madame Eva Joly ignore l'hégémonie de l'anglais



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mercredi 14 Septembre 2011

 Alors que l’anglais -d'ailleurs un anglais d'aéroport- domine les rapports au sein de la société, où certaines entreprises contraignent leurs salariés à parler en anglais, où cette langue renforce chaque jour sa domination, son statut de langue de la mondialisation néolibérale, détruisant chaque jour davantage la langue française, voila que Madame Eva Joly appelle à la lutte contre la domination de la langue française. Comme le disait un ami québéquois francophone et francophile, les pires adversaires de la langue française sont les français.
Les langues régionales, élément du patrimoine national, sont tout autant attaquées par cette domination anglophone. C'est ensemble qu'il faut lutter.La volonté exprimée par Madame Eva Joly de mobiliser les forces régionales contre le français, de dénoncer "la volonté hégémonique d'imposer l'unique langue française" dans le service public, l’école, plus largement la République, est à la fois une erreur d'analyse et un crime contre nos cultures.
C'est dans cet esprit que nous reproduisons le communiqué du Collectif d’émancipation linguistique, COURRIEL :

A propos des déclarations de Mme Eva Joly



J.M.


  Autres articles


  Lettre n°40: Note de lecture
      Les anti-Lumières. Une tradition du XVIIIème siècle à la guerre froide

    La révolte contre les Lumières françaises, ou comme le précise l’auteur, franco-kantiennes, en référence au philosophe Emmanuel Kant, marque le point de départ des conservateurs. Ils nient, en effet, le rationalisme, l’émancipation, l’humanisme et l’universel. Pour l’historien Zeev Sternhell, si Herder et Burke sont les fondateurs des anti-Lumières, c’est avec...[Lire la suite]


  Lettre n°7: Brèves
      Les petites phrases

    Depuis fort longtemps, la pratique des « petites phrases » s’est insérée dans la vie politique, sans que l’on s’interroge sérieusement pour savoir si ces « petites phrases » ont leur place dans un tel contexte ? Qu’elles soient drôles, cruelles ou impertinentes, elles font les choux gras du monde...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !