République !
Lundi 15 Octobre 2018

 Lettre n°53: Brève


   Habemus papam !



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Jeudi 17 Novembre 2011

 Jeudi 27 octobre n’est pas un jour ordinaire pour la tristement célèbre ville d’Assise, en Italie. Benoit XVI et l’Opus Dei y sont venus en grande pompe pour célébrer tant le saint (Saint-François d’Assise) que les 25 ans de la journée de la paix inaugurée par feu Jean-Paul II dans cette ville. Le pape a ainsi invité, aujourd’hui, « divers représentants de confessions chrétiennes et d’autres religions » pour renouveler prières et réflexions afin d’endiguer la violence religieuse dans le monde. Parée des plus beaux décors, la basilique locale di Santa Maria degli Angeli, est remplie des autorités religieuses locales et internationales, jusqu’au représentant de l’hindouisme, M.Acharya Shri Shrivatsa Goswami. Étrange surprise, l’écrivain française Mme Julia Kristeva y est également : elle représente, pour la France et le monde, l’univers des « non croyants ». Drôle d’histoire, à peine croyable. Benoit XVI, quant à lui, après avoir ce matin rappelé le bonheur humain qu’a représenté, pour la paix internationale, la chute du Mur de Berlin en 1989, a senti « juste et bon » de condamner le terrorisme « motivé religieusement ». Il y a 25 ans, s’est-il expliqué, les représentants des religions qui étaient déjà réunis à Assise souhaitaient dire que la violence « n’est pas la nature de la vraie religion : c’est au contraire son travestissement ». En admettant que dans l’histoire, les chrétiens ont été les auteurs « honteux » de violences contre des peuples (sans toutefois se référer aux philosophes et libre-penseurs percuté(e)s hier, dogmatisé(e)s aujourd’hui), le pape s’est ensuite engagé sur le terrain de l’action en augurant à son assistance d’être des « pèlerins de la vérité et de la paix ». Il va de soi que lorsque le Vatican convie les peuples à entrer dans la chapelle de la Porziuncola pour célébrer la paix (ce qui fut le cas à la fin de cette cérémonie), c’est déjà comme si le droit international se retournait dans sa tombe….




J.M.


  Autres articles


  Lettre n°7: Un mot dans l'air du temps
      Débats télévisés !

    par Samuël Tomei


L'audio-visuel, public autant que privé, brille par des spectacles qui attirent des politiciens ravis de paraître sans avoir à dévoiler leurs choix – s'ils en ont.


Ils circulent sur la Toile et on les regarde avec étonnement. Ces documents ne sont pas si vieux mais semblent appartenir à une...[Lire la suite]



  Lettre n°1: Un mot dans l'air du temps
      La souveraineté

    par Gilbert Legay


La notion de souveraineté fut l’objet, depuis Aristote, de diverses définitions et théories. Jusqu’au XVIe siècle, les théologiens catholiques avaient imposé l’idée que tout pouvoir était d’inspiration divine et il fallut les réflexions successives de Bodin, de Hobbes, de Locke, de Montesquieu, de Rousseau (et...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !