République !
Mardi 19 Février 2019

 Lettre n°55: Note de lecture


   Manuel de socialismes par gros temps



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Vendredi 20 Janvier 2012

 "Les nuées s'amoncellent et c'est la lumière qu'on chicane". C'est en partant de cette phrase de Jean Jaurès que l'anthropologue Jean-Pierre Warnier décline au pluriel, tel en un abécédaire, le socialisme par le "gros temps" actuel, celui du néolibéralisme. Le vent du libéralisme souffle en effet, et les orages se multiplient, détruisant les programmes de gauche sur leur passage (depuis celui du Conseil National de la Résistance). D'où l'utilité d'un tel Manuel, d'un style fin et sérieux, qui repose la question de l'histoire, des pratiques et des thèmes socialistes. De la Révolution bolchévique à Keynes, d'une analyse critique de la globalisation et de la novlangue, à une réflexion sur l'Etat providence, la valeur et le travail, cet ouvrage dresse, en détail, un inventaire des idéaux progressistes comme des attaques contre les objectifs de gauche, dont l'Europe n'est pas peu responsable. Mais par cet inventaire où l'auteur ne cesse de critiquer avec raison la collusion du pouvoir politique et de l'argent, le lecteur pourra plus particulièrement prendre conscience d'une démocratie aujourd'hui confisquée. La reconstruire peut passer par les grands courants de gauche (communistes, socialistes, libertaires, écologistes). Mais pourquoi pas par la convocation d'une Assemblée Constituante ?



Jean-Pierre Warnier, Manuel de socialismes par gros temps, Téraèdre, 2011, 204 pages, 18€


J.M.


  Autres articles


  Lettre n°20: Brèves
      Nous sommes tous des irlandais

    Le scénario était bien réglé. Il est aujourd’hui particulièrement apparent. L’aristocratie qui gouverne l’Europe se soucie comme d’une guigne de la démocratie. Pis, elle la considère comme une gêne. Échaudée par les votes français et néerlandais lors des référendum sur le traité constitutionnel, elle avait, cette fois, décidé de...[Lire la suite]


  Lettre n°2: L'événement
      Faut-il brûler la Raison ?

    par Jérémy Mercier


La censure, l'auto-censure, les accusations et auto-accusations de blasphème se répandent dans les arts et la littérature.


399 avant JC : Socrate est condamné à boire la ciguë pour s’être fait l’apôtre de la justice. Il accepte la mort, sans se rétracter.

Mars 415 : Hypathia, philosophe...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !