République !
Lundi 16 Juillet 2018

 Lettre n°56: Note de lecture


   Le pouvoir. Symboles et mythes



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 20 Février 2012

 Les symboles du pouvoir politique français participent d’une forme indéniable de sacré dans la République. Parfois difficiles à maîtriser pour les hommes politiques, ils sont, comme l’écrit l’historien Samuel Tomei, « mémoire et boussole ». Ils renvoient à des histoires particulières, celle de la Révolution française, de l’histoire républicaine en France, comme à certains souhaits de conférer un caractère plus solennel et personnel au pouvoir, formes héritées d’une tradition d’Ancien Régime. De la légion d’honneur aux défilés, les symboles du pouvoir sont un kaléidoscope des choix politiques. Leur évolution explique, et c’est une autre thèse de cet ouvrage, les mutations dans les choix politiques. Ainsi, cette enquête d’historien, à la Pierre Nora, ne prend pas seulement pour objet certains lieux de mémoire mais plus essentiellement les lieux de pouvoir. Samuel Tomei porte une attention soutenue, au début de son livre, à la forme des géographies, des angles, des dispositions et utilisations des espaces politiques, de la construction des villes à l’intérieur du Palais de l’Elysée, jusqu’aux dépendances extérieures du chef de l’Etat. Le sens des symboles du pouvoir peut être, en effet, une clé pour comprendre les mythes fondateurs de la politique (personnalisation ou sens du collectif). Instructif et historique, l’ouvrage s’intéresse également aux rites solennels de la République, aux cérémonies, aux vœux présidentiels. D’autre part, l’Assemblée Nationale, jadis « temple de la loi » et de l’intérêt général, fait à son tour l’objet d’une vaste étude. Ce qui permet au lecteur curieux de comprendre l’importance des symboles politiques comme stratégie de légitimité (drapeau français, décors, etc.). Une réflexion s’impose enfin sur l’actualité des symboles qui ont marqué la République : arbres de la liberté, Marseillaise, Marianne républicaine, Panthéon, triptyque. Mais qu’advient-il de la devise « Liberté, égalité, fraternité » si elle n’était que de façade ? Qu’en est-il aussi de la langue française et des Lettres alors même que certaines réformes les attaquent ? Et quel décalage pourrait-on percevoir entre le symbole du drapeau tricolore et celui du drapeau européen ? On mesurera, en lisant Samuel Tomei, la contradiction qu’il peut exister entre l’histoire des symboles républicains, souvent issus de luttes sociales, quand d’autres le sont de la tradition monarchiste, et certains de leurs usages dans l’actualité. Mémoires et boussoles, certes. Mais parfois outils de diversion…



Samuel Tomei, Le pouvoir. Symboles et Mythes, Les Éditions du Palais, 175 pages, 18€



J.M.


  Autres articles


  Lettre n°67: L'événement
      Commémoration du traité de l'Elysée

    par Gilbert Legay


Commémorer est une pratique extrêmement intéressante !


Elle peut être un lien social positif, mais chacun peut céder à la tentation de commémorer, lorsqu’il estime possible d’en tirer avantage ; c’est ainsi que certains masquent parfois la réalité d’un événement derrière la magie des...[Lire la suite]



  Positions et fondements antirépublicains de l'Eglise.
      Déclaration du 10 mars 1925 de l’ASSEMBLEE DES CARDINAUX et ARCHEVÊQUES DE FRANCE

    Les lois de la laïcité sont injustes d’abord parce qu’elles sont contraires aux lois formelles de Dieu. Elles procèdent de l’athéisme et y conduisent dans l’ordre individuel, familial, social, politique, national, international.
Elles supposent la méconnaissance totale de Notre-seigneur Jésus-Christ et de son Evangile. Elles tendent à substituer au vrai Dieu des idoles...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !