République !
Dimanche 24 Juin 2018

 Lettre n°59: Note de lecture


   L'humanité en perdition



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 21 Mai 2012

 Dédié à la mémoire du « plus grand économiste français, opposant obstiné au libéralisme mondial », Claude Grusson, cet ouvrage du polytechnicien Claude Laigle essaie de révéler l’essentiel sur le coup de force qui a complètement instauré, en 1973, le libre-échange généralisé. Il montre avec efficacité comment la mondialisation libérale est une impasse économique, sociale et écologique avec des archives fournies à l’appui. Très renseigné, l’auteur prend le parti de dénoncer la main mise des milieux d’affaires américains conservateurs qui ont été développés par la Commission Trilatérale et David Rockfeller. Ce dernier, pour Claude Laigle, devrait être traduit devant une juridiction internationale comme la Cour Pénale Internationale, tant il est à la cause, par ses doctrines économiques, d’une destruction de l’humanité. Le monde est en effet de plus en plus radicalement scindé en deux avec le libre-échange. Les inégalités et les disparités ont explosé et Claude Laigle rappelle aussi que les ressources naturelles sont en voie d’épuisement. Peut-on compter sur la réaction des États ? A bien comprendre l’auteur, les élites nationales sont coupables de trahison (le traité de Lisbonne en est un exemple, etc.) et les États ne sauraient, seuls, pallier tous les méfaits de la mondialisation néolibérale, de la concurrence, du chômage de masse ou de la déflation salariale. Depuis 1973, en effet, un coup de force faustien a instauré et verrouillé le libre-échange (avec ensuite le Consensus de Washington, l’OMC…). Aujourd’hui, il convient de retrouver l’humanisme et d’éviter une catastrophe planétaire en construisant les Etats-Unis d’Europe. Mais faut-il pour cela, comme le propose Claude Laigle, admettre que le clivage droite-gauche n’est plus pertinent ? Pas si sûr.



Claude Laigle, L’humanité en perdition, Edilivre, 2012, 171 pages


J.M.


  Autres articles


  Lettre n°11: Un mot dans l'air du temps
      Cachez cette rigueur que je ne saurais voir

    par Laurent Pelvey


Le vocabulaire joue des tours aux ministres, dont la tâche est de faire les choses sans leur donner leur nom véritable. Parfois, le masque tombe involontairement.



Rigueur. Christine Lagarde, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Emploi, a lâché le mot...[Lire la suite]



  Lettre n°39: Note de lecture
      Mourir pour des idées. La vie posthume d’Alphonse Baudin

    Qui se souvient aujourd’hui d’Alphonse Baudin ? Ce représentant du peuple est né en 1811, et sa vie est une lutte constante pour le bien commun et la République. Ce sont particulièrement les circonstances de sa mort qui sont devenues un symbole pour tous les républicains. Face aux soldats partisans...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !