République !
Jeudi 16 Août 2018

 Textes Fondateurs


   Jaurès : Qu'est-ce que la République ?



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Vendredi 01 Juin 2007

 


Dans notre France moderne, qu’est-ce donc que la République ? C’est un grand acte de confiance. Instituer la République, c’est proclamer que des millions d’hommes sauront tracer eux-mêmes la règle commune de leur action ; qu’ils sauront concilier la liberté et la loi, le mouvement et l’ordre ; qu’ils sauront se combattre sans se déchirer ; que leurs divisions n’iront pas jusqu’à une fureur chronique de guerre civile, et qu’ils ne chercheront jamais dans une dictature même passagère une trêve funeste et un lâche repos. Instituer la République, c’est proclamer que les citoyens des grandes nations modernes, obligés de suffire par un travail constant aux nécessités de la vie privée et domestique, auront cependant assez de temps et de liberté d’esprit pour s’occuper de la chose commune. Et si cette République surgit dans un monde monarchique encore, c’est d’assurer qu’elle s’adaptera aux conditions compliquées de la vie internationale, sans entreprendre sur l’évolution plus lente des autres peuples, mais sans rien abandonner de sa fierté juste et sans atténuer l’éclat de son principe.

Oui, la République est un grand acte de confiance et un grand acte d’audace […]
Ceux qui, depuis un siècle, ont mis très haut leur idéal, ont été justifiés par l’histoire.
Et ceux-là aussi seront justifiés qui le placent plus haut encore. Car le prolétariat, dans son ensemble, commence à affirmer que ce n’est pas seulement dans les relations économiques et sociales qu’il faut faire entrer la liberté vraie, l’égalité, la justice. Ce n’est pas seulement la cité, c’est l’atelier, c’est le travail, c’est la production, c’est la propriété qu’il veut organiser selon le type républicain. A un système qui divise et qui opprime, il entend substituer une vaste coopération sociale où tous les travailleurs de tout ordre, travailleurs de la main et travailleurs du cerveau, sous la direction de chefs librement élus par eux, administreront la production enfin organisée."



Jean Jaurès, Discours du 30 juillet 1903





  Autres articles


  Lettre n°48: Editorial
      Vibrionnements électoraux

    Il fut un temps, paraît-il, où des hommes avaient à souci, parce qu’ils croyaient en l’avenir de l’humanité, d’œuvrer pour le bien commun. Ils acceptaient, pour ce faire, d’assumer des responsabilités dans la vie de la cité afin de travailler à l’amélioration matérielle, intellectuelle et sociale de leurs concitoyens. On...[Lire la suite]


  Lettre n°50: Editorial
      Demain la Marseillaise

    En l’espace d’un mois, deux « Marseillaise » bien particulières ont retenti dans le ciel européen : l’une interprétée en hongrois par les manifestants démocrates de Budapest qui protestent contre un gouvernement d’extrême-droite ; l’autre en espagnol par les « indignés » de Madrid qui s’insurgent contre leurs déplorables conditions...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !