République !
Vendredi 16 Novembre 2018

 Lettre n°20: Brèves


    Une Constitution pour étouffer le pluralisme politique



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 24 Juin 2008

 Au cours du débat parlementaire sur la révision de la Constitution, voilà qu’est apparue soudain une idée a priori bien normale en démocratie : affirmer le pluralisme de la représentation politique comme un principe constitutionnel. Émise au Sénat, cette proposition a suscité aussitôt l’hostilité d’un gouvernement accroché au bipartisme aseptisé comme l’arapède à son rocher. Grâce à une manœuvre habile, il a empêché le vote sur cet amendement dans lequel il voyait se profiler des remises en cause du financement de la vie politique, du rôle des medias ou du mode de scrutin. Ainsi, une proposition banalement démocratique révèle-t-elle une fois de plus la nature fort peu représentative du système. Certains esprits naïfs s’étonneront que ceux-là mêmes qui craignent tant la diversité politique aiment tant la « diversité culturelle » qui les pousse à privilégier les langues régionales au détriment de la langue française. Rien de plus logique ! Comment aider mieux des tendances dictatoriales qu’en émiettant le peuple soit disant souverain ? En fait, une fois de plus, la preuve est apportée que le peuple doit retrouver le droit de définir directement ses propres institutions politiques.


A.B.


  Autres articles


  Lettre n°14: Notes de lecture
      Aux armes, historiens

    Peut-on utiliser les fondements de 1789, ses figures, et la particularité de son processus, pour rebâtir la démocratie d’aujourd’hui ? L’historien Eric J. Hobsbawn retrace l’historiographie propre à ce thème, et tend la perche aux républicains pour penser l’avenir par le prisme des événements ayant mis fin à l’Ancien...[Lire la suite]


  Lettre n°55: Un mot dans l'air du temps
      "Assemblées communales"

    par Christian Berthier


Il n’est plus possible de parler "du peuple" en général sans parler de sa volonté de reprendre le pouvoir. Cette volonté résulte de la situation intolérable qui lui est faite, de l’impuissance des « sortants » à améliorer cette situation. Elle s’est traduite paradoxalement par une abstention politique...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !