République !
Mardi 19 Février 2019

 Lettre n°26: Brève


   Défendre la démocratie ou défendre un parti ?



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mercredi 25 Février 2009

 Ainsi donc, le mardi 20 janvier 2009, à l'Assemblée nationale, réunis pour l'examen d'une loi organique visant à "encadrer" les relations entre le parlement et le gouvernement, les députés du PS ont crié "démocratie, démocratie", ont entonné la Marseillaise et ont hurlé contre la limitation de leur rôle en rappelant qu'ils étaient les représentants du peuple.



C'est bien tard !



Que n'ont-ils eu à cœur de se rappeler leur rôle le 4 février 2008 ! Ce jour-là, la majorité d'entre eux s'est pudiquement accommodé du traité de Lisbonne, texte largement similaire au traité constitutionnel rejeté par les Français en 2005.



L'un de ces députés, Jean-marc Ayrault, président du groupe socialiste, ce jour-là ne s'est pas opposé à la ratification parlementaire du traité; il s'est abstenu.



Mercredi matin sur France Inter, Manuel Valls a accusé le gouvernement et sa majorité parlementaire de vouloir réduire la démocratie. Que n'a t-il eu la même attitude le 4 février 2008 ! Lui, il ne s'est pas abstenu, il a voté "oui"; reconnaissons lui, au moins, qu'il assume pleinement sa trahison.



Ces députés semblent découvrir tout à coup combien la démocratie laisse à désirer dans les institutions de la 5ème république. Jamais, ils ne remettent en cause ces institutions, dans lesquelles le ver de l'exclusion de chacun était présent, en son cœur, dès le début. Même François Mitterrand avait parlé du "coup d'Etat permanent", mais s'est ensuite glissé confortablement dans les velours de la 5éme une fois devenu président de la république.



Cette nouvelle limitation du droit d'amendements, pour inadmissible qu'elle soit, ne change rien au noyau dur de la 5ème république. Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est de la mettre à bas. Pour cela, une solution existe : se mobiliser pour installer une constituante qui devra élaborer de nouvelles règles du jeu avec les Français.



ps : Pour en savoir plus :

http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/articles_34-1_3944.asp



D.B.


  Autres articles


  Lettre n°50: L'événement
      Réflexions sur la procédure pénale des Etats-Unis

    par René Robert



Ce que nous avons vu et ce qu’on sait de la manière dont est traité Monsieur Strauss-Kahn, comme prévenu, montrent clairement les graves défauts de la procédure pénale des USA.

Cette procédure est accusatoire, c’est-à-dire que le magistrat, un Procureur, saisi d’une plainte pénale, instruit le dossier...[Lire la suite]



  Lettre n°67: Note de lecture
      Spinoza, Locke et l’idée de citoyenneté.

    Plus qu’un livre audacieux, cet ouvrage du philosophe Christophe Miqueu est le témoignage d’une nouvelle réflexion sur l’idée de citoyenneté et de républicanisme à l’aube des Lumières. Il pourrait largement être utile aux citoyens d’aujourd’hui en ce qu’il permet de repenser le lien entre l’individu et la communauté, par...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !