République !
Lundi 21 Mai 2018

 Lettre n°3: Brève politique


   Politique-spectacle



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Samedi 25 Novembre 2006

 « Le peuple ! – Toujours simple et toujours ébloui, Il vient sur une scène à ses dépens ornée, Voir par d’autres que lui jouer sa destinée.»

Fort heureusement, le peuple en ce début du XXIe siècle, n’est plus celui des temps anciens tel que l’évoque Victor Hugo dans ce passage de « Cromwell ». Le peuple s’est émancipé, il est plus averti, et il a de multiples raisons de ne plus être ébloui au spectacle que lui proposent ses responsables politiques. Seuls ceux-ci, aidés par leurs conseillers en communication, cèdent encore à la tentation de se mettre en scène en privilégiant la forme sur le fond.

Ainsi, les candidats du PS à l’élection présidentielle ont inauguré à la télévision, la longue série de « shows » que nous allons subir, et qui permettra à chaque postulant de tenter de nous convaincre que ses solutions sont les meilleures pour nous ! En votant, en optant pour le changement ou la rupture, nous n’aurons en fait comme véritable choix, que de sanctionner a posteriori les politiques sociale et économique désastreuses menées depuis plusieurs années, ou d’approuver a priori les promesses que les candidats nous feront… Et nous savons tous ce que valent les promesses.

Chacun, dans le décor qu’il aura choisi, viendra avec émotion nous parler de la France, de la République, d’avenir radieux, mais il oubliera de rappeler qu’il approuve un projet d’Europe fédérale aux limites géographiques incertaines, et qui va plomber toutes ses promesses et toutes ces belles perspectives dans un magma technocratique ! Il oubliera aussi, consciemment, que les citoyens se sont déjà prononcés sur ce sujet et qu’au fond de leur cœur, ils veulent garder la République telle que la Nation l’a construite au fil du temps et des révoltes, avec sa laïcité, (sans toilettage ), avec ses services publics (sans la concurrence libre et non faussée du Traité) , avec ses règles et dispositifs sociaux et éducatifs qui fonctionnent bien, quand les pouvoirs publics en ont vraiment la volonté. Le candidat à la présidence oubliera aussi que la majorité des autres peuples européens sont dans le même état d’esprit (ce que l’on pourrait vérifier si on voulait bien leur demander leur avis), davantage séduits qu’ils sont par une vision de l’Europe, respectant l’identité des différentes Nations et établissant entre elles des coopérations dans tous les domaines… et débarrassée d’institutions supranationales omniprésentes et coûteuses, agissant sous la pression de trop nombreux lobbies!

Où est ce candidat qui voudra se faire élire en proposant ce que souhaite le peuple ?


GL


  Autres articles


  Lettre n°60: Editorial
      Gloubiboulga

    Faut-il encore parler de « crise » grecque ? En effet, les événements qui secouent ce pays revêtent, par leur durée et leur profondeur, une dimension structurelle que le terme « crise », qui exprime l’inattendu et l’exceptionnel, traduit bien mal.
...[Lire la suite]



  Lettre n°32: Chronique de l'antirépublique
      Violations graves du principe de séparation des pouvoirs

    par Anne-Cécile Robert




Devinette : quel sujet d’importance extrême a occupé douze minutes du journal de TF1 le 8 octobre 2009 ? Les suicides à France Télécom ? La guerre en Afghanistan ? Non. C’est l’interview du ministre de la culture Frédéric Mitterrand sur sa vie privée qui a mobilisé...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !