République !
Lundi 21 Mai 2018

 Lettre n°42: Brève


   Référendum sur les retraites ?



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 25 Octobre 2010

 Faute d’avoir ouvert une concertation avec les syndicats ( ce qui aurait été de bonne démocratie ), le gouvernement, quel que soit le verdict, d’ailleurs prévisible des Assemblées, va se retrouver perdant sur le problème des retraites.

Oubliant l’engagement de la campagne présidentielle de ne pas remettre en cause le principe de la retraite à 60 ans, le gouvernement a fait la démonstration d’un entêtement déraisonnable alors que le pays, sur ce sujet difficile, était en droit d’attendre de lui lucidité et courage politiques… Mais « la nature revenant au galop », il a préféré imposer que proposer !

C’est alors que le Parti socialiste, peu inspiré depuis longtemps, a surpris tout le monde en proposant une solution tombée en désuétude depuis quelque temps : « Pourquoi ne pas organiser un référendum sur le sujet », bonne idée, incontestablement démocratique, qui aurait permis une sortie de crise honorable pour tous et sans risque de sanction ( il y a longtemps qu’un échec à un référendum n’implique pas la démission de celui qui le propose !).

Le résultat du référendum, sondages à l’appui, aurait été connu d’avance me direz-vous ?.. Evidemment, mais c’est ce qui en fait le charme, si l’on veut bien se souvenir de ce que le PS a fait du résultat du référendum de 2005 ! Il n’a sans doute pas oublié ( nous non plus !) qu’il s’était engagé pour le OUI au référendum de 2005. Il s’était retrouvé avec l’UMP, dans le camp des perdants et qui plus est, minoritaire à gauche ! S’épargnant de tirer enseignement de cet échec et bafouant l’expression de la souveraineté nationale, le PS a courageusement décidé depuis de ne s’engager dans un référendum que s’il est gagné d’avance !...

Comme le locataire de l’Elysée ne voudra jamais s’engager dans un référendum perdu d’avance, qu’il s’agisse des retraites ou de la Poste, on reste toujours très loin de la lucidité et du courage politiques, en attendant que le peuple souverain définisse lui-même de nouvelles règles. Ce sera la tâche d’une Assemblée Constituante !


G.L.


  Autres articles


  Lettre n°30: Note de lecture
      L'Europe sociale n'aura pas lieu

    Pourquoi l’Europe sociale n’aura pas lieu ? En examinant les origines de la construction européenne, tant idéologiques qu’institutionnelles, les auteurs soulignent en trois plans successifs sa vocation marchande et sa saveur technocratique. Bien sûr, la rhétorique des beaux mots a toujours facilité ce processus antidémocratique dans les faits. Ainsi, sous...[Lire la suite]


  Lettre n°35: Note de lecture
      Petit manuel de désobéissance civile à l'usage de ceux qui veulent vraiment changer le monde

    Pour tous ceux qui se sentent concernés par la volonté affichée dans le titre de cet ouvrage et qui veulent manifester leur opposition à ce qui apparaît contraire au bon sens :
« la logique du profit, le pillage des ressources non renouvelables de la planète, l’exploitation brutale de l’homme...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !